Immobilier : la hausse générale se confirme

Immobilier : la hausse générale se confirme
partage(s)

Défiant visiblement les lois de la gravité, les prix – que ce soit dans le neuf comme dans l’ancien – n’en finissent pas de s’élever. Éléments d’explication avec le baromètre LPI-SeLoger.

Dans l’ancien, les maisons gagnent 5,2 % en trois mois

À en juger par la très forte progression enregistrée par les prix au m² des maisons dans l’immobilier ancien (+ 5,4 % sur les prix affichés et + 5,2 % sur les prix signés), ni le traditionnel « rebond saisonnier », ni l’habituelle reprise des ventes ne suffisent pas à expliquer, à eux seuls, cette brusque – mais bienvenue – tension.

Le marché immobilier est bien réveillé ».

Michel Mouillart, Professeur d’économie à l’université Paris-Ouest et porte-parole du baromètre LPI-SeLoger.

Le prix d'un appartement augmente de 1,4 % en trois mois

Bien que leur progression soit moins impressionnante, force est tout de même de constater que les appartements voient également leurs prix affectés par la tendance haussière qui frappe les maisons. Sur les trois derniers mois, les prix des appartements ont ainsi augmenté de 1,4% (pour ce qui est des prix affichés) et de 1,5 % (pour ce qui touche aux prix signés).

En dépit d’une activité qui ne devrait pas faiblir mais au contraire s’intensifier au cours des prochains mois, si l’on regarde dans le rétroviseur, la tendance est – et reste – baissière. Dans l’immobilier ancien, sur les douze derniers mois, les appartements et les maisons ont ainsi perdu respectivement 0,9 et 1,3 % sur leur prix signé, c’est à dire constaté au jour de la signature du compromis. Comme le fait remarquer Michel Mouillart, Professeur d’économie à l’université Paris-Ouest et porte-parole du baromètre LPI-SeLoger « sur un an, le rythme d’évolution des prix (…) est toujours en recul ».

Chiffres clés

  • Dans l’ancien, une maison coûte 2 920 € au m² signé (et un appartement 3 467 €).
  • Dans le neuf, une maison se monnaye aux alentours de 2 231 € (contre 4 698 € pour un appartement).

Retour annoncé d'une évolution positive dans le neuf

Avec des gains enregistrés de 0,1 % (pour les maisons) et de 0,9 % (pour les appartements) sur les trois derniers mois, l’immobilier neuf semble suivre la même courbe  – ascendante quoiqu’à un rythme moins soutenu – que le marché de l’ancien. Pour preuve, dans sa globalité (maisons et appartements confondus) et comme le fait remarquer Michel Mouillart, « en mai (…) les prix signés (…) se situent à 1,3 % au-dessus de leur niveau de 2014 ».

Et suite à la hausse des prix du neuf qui interviendra en juin, on peut raisonnablement compter sur un retour des rythmes annuels d’évolution positifs durant l’été. Rappelons que sur l’année qui vient de s’écouler, la tendance est globalement à la baisse : 0,7 % pour les maisons et 0,1 % pour les appartements…

Les points clés à retenir

  • Dans l’immobilier ancien, le prix au m² affiché des maisons a gagné 5,4 % sur les trois derniers mois (et 5,2 % si l’on se réfère aux prix signés).
  • Sur la même période, les appartements anciens n’ont gagné « que »  1,5 %.
  • Dans le neuf, la progression a été moins brutale mais elle devrait être durable.
  • Sur l’année, la tendance générale reste orientée à la baisse (de -0,1 à -1,3 %).

Téléchargez le Baromètre de l'immobilier LPI-SeLoger juin 2015