A La Rochelle, les prix immobiliers n’ont jamais été aussi intéressants

A La Rochelle, les prix immobiliers n’ont jamais été aussi intéressants

Située en bordure de l’Océan Atlantique, en Charente-Maritime, La Rochelle est une ville qui attire, et depuis quelque temps, le marché immobilier redémarre. C’est ce que nous explique Gilles Desvallois, Président du GIE ORPI de La Rochelle/Ile-de-Ré.

SeLoger. Pouvez-vous nous dire comment se porte le marché immobilier de La Rochelle depuis plusieurs mois ?

Gilles Desvallois : Nous avons commencé l’année avec des mois de janvier et février qui n’ont pas été vraiment bons, mais nous observons un redémarrage des transactions, même s’il est un peu erratique d’un mois à l’autre. On sent une reprise de confiance des acquéreurs, car jusqu’à présent, ils avaient du mal à trouver le produit qui leur correspondait et avaient du mal à se projeter. Mais ce qui a vraiment fait la différence, c’est que certains vendeurs ayant réellement besoin de vendre se sont mis en phase avec les valeurs du marché. On ne peut pas se le cacher : les prix n’ont jamais été aussi intéressants, et en ce moment à la Rochelle, on peut trouver par exemple des maisons à moins de 200 000 €, et ces maisons ne sont pas forcément situées dans des quartiers très populaires. Ce phénomène était encore impensable il y a quelques années.

Les acheteurs rochelais sont-ils plutôt tournés vers l’achat de leur résidence principale ou sont-ils également intéressés par l’investissement locatif ?

Les deux, puisque le marché est aussi un axe d’investissement pour anticiper un futur revenu, mais l’investissement permet de bénéficier d’allègements fiscaux dans le cadre du dispositif Pinel aujourd’hui. D’une façon générale, le marché rochelais est porté par trois facteurs : la résidence principale tout d’abord, puis l’investissement locatif, et enfin la résidence secondaire.

A La Rochelle, les prix n’ont jamais été aussi intéressants : en ce moment on peut trouver des maisons à moins de 200 000 € ».

Gilles Desvallois, responsable de l’agence Immobilier DESVALLOIS - ORPI de La Rochelle.

Il y a donc un marché de la résidence secondaire, et y a-t-il également un marché de l’immobilier de prestige à La Rochelle ?

Oui, il y a quelques très beaux immeubles à La Rochelle. La plupart de ces immeubles ont été redécoupés en appartements dans le passé, mais de façon plus ou moins heureuse, malheureusement. Cependant, depuis une dizaine d’années, de vrais professionnels de la défiscalisation Malraux s’y sont attaqués et grâce au plan de sauvegarde, ils ont pu réhabiliter des hôtels particuliers qui étaient délaissés, en appartements haut de gamme. Autrement, il y a de très belles propriétés, et sans parler de très haut de gamme, il s’agit quand-même de biens qui se vendent autour du million d’euros. En revanche, on trouve bien moins d’acquéreurs que dans le passé.

Quels sont les prix de l’immobilier pratiqués à la Rochelle ?

Cela varie beaucoup d’un quartier à l’autre, puisque certains sont populaires et d’autres bien plus bourgeois. En tous cas, ils sont tous demandés car il y a des demandes pour tous les budgets. Pour parler de prix, on peut tout d’abord découper La Rochelle en 4 secteurs : le centre, l’est, l’ouest et le sud. Les quartiers de la Genette, Fetilly, Jericho sont les quartiers les plus bourgeois de la Rochelle et les maisons se négocient entre 320 000 et 600 000 € cela dépend naturellement de la situation, de la surface, de l’état, de l’exposition et des annexes. A l’inverse, les quartiers Tasdon, La Pallice et Port Neuf sont les plus populaires, et les biens se négocient sur des valeurs inférieures.  Puis il y a le quartier des Minimes, qui est composé principalement d’appartements, et dans ce quartier un peu plus récent, qui a été construit autour de l’université et des écoles, on retrouve des prix autour de 3 000 et 3 200 €/m². Tandis que pour ce qui est de l’hyper-centre, les prix des appartements tournent autour de 2 500 et 4 000 €/m².

Les maisons bourgeoise se négocient entre 320 000 et 600 000 €...

... cela dépend de la situation, de la surface, de l’état, de l’exposition et des annexes ».

Quelle est la tendance du marché ? 

La tendance actuelle c’est qu’il y a beaucoup d’offres sur le marché et tout ne se vend pas. Les biens qui se vendent sont des logements qui offrent des caractères d’exposition, de situation, d’isolation phonique et thermique intéressantes, d’accessibilité, de stationnement, d’annexe, de mitoyenneté, de transports, de commerces.

Comment évolue la ville de La Rochelle actuellement ?

Le plus grand changement récent de La Rochelle est que nous avons maintenant un nouveau port exclusivement destiné aux piétons. La mairie a arrêté toute circulation autour du port ce qui en fait un lieu apaisé et plus agréable pour les piétons et pour les touristes. Il est par contre plus compliqué de traverser la ville en passant par le centre puisqu’il n’y a plus aucune circulation possible sur le port. Il est indéniable que certaines rues seront impactées par cette profonde modification. Certaines bénéficient ainsi  d’une circulation maintenant quasi nulle, quand d’autres sont obturées et complètement saturées aux heures de pointe, avec les nuisances qui vont avec. Sans nul doute, cela aura un impact sur la valorisation de ces biens.

Merci à Gilles Desvallois, responsable de l’agence Immobilier DESVALLOIS - ORPI de La Rochelle et Président du GIE ORPI de La Rochelle/Ile-de-Ré.

Chiffres clés

  • Dans le quartier récent des Minimes, les prix des appartements tournent autour de 3 000 et 3 200 €/m².
  • Dans l’hyper-centre rochelais, les prix des appartements varient entre 2 500 et 4 000 €/m².

La rédaction vous conseille :