Le prix de l'immobilier à Caen est en nette hausse : + 3,8 % en 2017 !

Le prix de l'immobilier à Caen est en nette hausse : + 3,8 % en 2017 !

Avec des prix immobiliers dont l’augmentation atteint 3,8 % sur les douze derniers mois, Caen fait partie de ces villes où la tendance haussière reste d’actualité. Pourquoi les prix augmentent-ils ? Quels sont les quartiers les plus prisés ? Où investir ?

Des prix immobiliers encore raisonnables et des taux d’intérêt peu élevés  

Comme l’indiquent les données que compile chaque mois le baromètre LPI-SeLoger, sur l’année, les prix immobiliers à Caen enregistrent une progression de 3,8 %. Si vous comptez acheter un appartement ancien dans celle que l’on surnomme la Ville aux Cent Clochers, sachez que vous devrez débourser, en moyenne, la somme de 2 295 € du m². À titre de comparaison, sur la France entière, le prix moyen au m² pour ce type de biens avoisine les 3 016 €. Combinés à des taux d’intérêt historiquement bas (de l’ordre de 1,10 % hors assurance sur 15 ans pour les meilleurs dossiers), les prix modérés pratiqués dans la Cité de Guillaume le Conquérant ne manquent donc pas d’attirer de plus en plus d’acquéreurs. Que ceux-ci cherchent à acheter leur résidence principale ou à investir dans la pierre (de Caen, forcément !) locative.

Caen prix immobilier

Bon à savoir

  • À Caen, la marge de négociation pour un appartement est de 3,3 %.

Caen, 5e au classement des villes les plus vertes de France

Outre des prix immobiliers qui restent raisonnables bien que les propriétaires, désireux de coller davantage à la réalité du marché, les revoient progressivement à la hausse, Caen dispose de nombreux atouts dans son jeu dont un cadre de vie des plus agréables. La mer n’est qu’à ¼ d’heure de voiture et Caen se classe 5e au classement 2017 des villes les plus vertes de France. Il est d’ailleurs à noter que le magazine L’Express l’a récemment désignée comme étant la ville la plus agréable à vivre de toute la Normandie (Rouen, sa grande « rivale », n’arrivant qu’en 12e position). Ajoutez à cela une offre culturelle solide (forte de sa dizaine de librairies indépendantes, Caen est même surnommée « la ville des librairies » et son Mémorial consacré à l’histoire du XXe siècle attire chaque année 400 000 visiteurs), une architecture urbaine diversifiée ainsi que 30 000 étudiants (une aubaine pour les investisseurs qui peuvent s’appuyer sur une forte demande locative) et vous avez quelques uns des ingrédients nécessaires à l’attractivité d’un marché immobilier. Celui de Caen, en l’occurrence. Quant aux défauts que l’on pourrait trouver à la ville, à savoir sa gastronomie (les fameuses tripes à la mode de Caen, à base de morceaux d’estomac et de pieds de bœuf…) ou encore son climat (il y pleut souvent…), d’aucuns ne peuvent plus s’en passer… Eh oui, comme le dit Obélix (*), « ils sont fous, ces Normands ! ».

Chez moi, y’a du soleil quarante jours par an. Tu peux passer la plupart de l’année à l’attendre ».

Orelsan, originaire de Caen.

Les quartiers de Caen où il faut investir

Immobilièrement parlant, le centre-ville de Caen (rue de Bernières, place de la Résistance, rue Saint-Pierre, place Saint-Martin) reste une valeur sûre. Bien qu’ils coûtent moins cher à l’achat, les biens reconstruits dont la plupart – bombardements oblige – remontent à la fin de la seconde guerre mondiale sont toutefois moins prisés que les logements anciens. À l’origine de cette désaffection, des travaux de rénovation coûteux et des charges de copropriété élevées. Le quartier du Port voit également sa cote grimper encore et encore (comme dirait Cabrel…).  Les biens qui donnent sur le bassin sont particulièrement recherchés. Rive droite, la rue de l’Arquette qui longe l’Orne et domine la Prairie (un espace vert de 60 ha, en plein centre ville) est aussi très convoitée et les prix immobiliers y sont élevés. À l’ouest de Caen, les quartiers de Venoix ou encore de la Maladrerie proposent un meilleur rapport qualité/prix et séduisent aussi bien les familles que les primo-accédants. Enfin, parmi les quartiers les moins cotés de Caen figurent la Grâce de Dieu, la Guérinière  et Vaucelles, exception faite de la rue de l’Arquette qui fait figure de micromarché.

(*). Astérix et les Normands, p. 20.

Caen en Chiffres

  • Caen compte 31 % de propriétaires
  • 93 % des logements sont des résidences principales.
  • Pour 62 %, les logements font entre 40 et 99 m².