Les marges de négociation dans l'immobilier perdent à nouveau du terrain !

En France, le niveau des marges de négociation, pourtant peu élevé, baisse encore. Il représente 4 % du prix de vente du logement. ©E. Schittenhelm
partage(s)

Sale temps pour les marges de négociation ! Alors qu’elle étaient déjà peu élevées cet hiver, voilà qu’à l’arrivée du printemps, elles fondent comme neige au soleil… Région par région, découvrez quelles sont les marges de négociation les plus souvent pratiquées.

Des marges inversement proportionnelles aux ambitions des vendeurs

En attestent les données recueillies par le baromètre LPI-SeLoger, les vendeurs se montrent globalement gourmands. Pour autant, une forte demande immobilière combinée à des prix signés en constante progression (+ 3,6 % sur l’année / 3 402 € du m²) et à un taux de concrétisation des transactions élevé font reculer encore un peu plus les marges de négociation dans l’hexagone. Il est d’ailleurs intéressant de noter que comme l’indique Michel Mouillart, Professeur d’Économie à l’Université Paris-Ouest et porte-parole du baromètre LPI-SeLoger, les ristournes pouvant être obtenues lors de l’acquisition d’un appartement « se situent sous leur moyenne de longue période ». Le fait que les propriétaires d’appartements se montrent raisonnables n’est d’ailleurs pas étranger à l’étroitesse de ces marges. 

  • Région par région, les marges de négociation d’un bien immobilier

marge negociation prix immobilier avril 2017

En Champagne-Ardenne, le prix d’un appartement peut être négocié de 15,5 %

Si c’est une nouvelle fois la région Centre qui affiche la marge moyenne de négociation la plus élevée (8,9 % sur le prix de vente des maisons et 4,3 % sur celui des appartements), c’est du côté de Châlons-en-Champagne, de Troyes ou encore de Reims que les prix des appartements dans l’ancien sont les plus négociés : 15,5 % de réduction en moyenne sur le prix de vente affiché. À titre indicatif, le prix moyen d’un appartement en France dans l’ancien tourne autour de 3 771 € du m². Autre région à encourager les négociations immobilières, le Poitou-Charentes (Angoulême, La Rochelle, Poitiers). La marge de négociation moyenne pour un appartement y avoisine les 8 %. Du côté des maisons, pour espérer décrocher des ristournes conséquentes, orientez vos recherches vers le Centre (8,8 %), la Basse-Normandie (6,6 %) ou encore le Languedoc-Roussillon (6,5 %).

Bon à savoir

Tous logements confondus, la marge de négociation est en moyenne de 4 %.

Pas plus de 2,4 % de ristourne pour un appartement en Alsace

Si vous envisagez de devenir propriétaire d’un appartement à Strasbourg, attendez-vous à ce que les négociations soient rudes… Voire qu’elles tournent court ! Et pour cause, c’est en Alsace qu’a été relevée la marge de négociation (2,4 % sur le prix de vente d’un appartement) la moins élevée de tout le territoire. Très forte demande immobilière oblige, la région Île-de-France lui emboîte le pas. Pour un appartement, la réduction se limite, en moyenne, à 2,7 % de son prix de vente. 

Les points clés à retenir

  • Les marges de négociation se réduisent une nouvelle fois. 
  • C’est encore en Île-de-France et en Alsace que leur niveau est le plus bas.  
  • Et c’est une nouvelle fois dans la région Centre que les marges sont les plus conséquentes.