4 professionnels de l'immobilier sur 5 voient le marché d'un bon œil !

Dans le neuf, les prix devraient rester stables (53 % des répondants) ou augmenter (36 %). © pressmaster
partage(s)

Trois fois par an, le baromètre du Crédit Foncier prend le pouls du moral des professionnels de l’immobilier (tous les métiers) et leur demande de se projeter sur un horizon à douze mois. Leur ressenti est plutôt positif ce qui n’a pas toujours été le cas !

80 % des professionnels de l'immobilier sont optimistes !

Quatre professionnels sur cinq (80 %) sont optimistes sur le marché immobilier résidentiel pour les douze prochains mois. Une proportion à comparer à 59 % deux ans auparavant (mai 2015) et 74 % il y a un an (mai 2016). Un optimisme qui ne cesse de croître ces dernières semaines, enregistrant une forte hausse de 6 points par rapport à la précédente enquête (janvier 2017).

  • Le moral des professionnels est au plus haut

Baromètre morale des professionnels de l'immobilier
L'optimisme des professionnels de l'immobilier est au plus haut depuis 2015 ! © Crédit Foncier

Le marché est solide malgré la remontée des taux de crédit

Six professionnels sur sept (87 %) considèrent que le marché du logement s’est amélioré (42 %) ou stabilisé (45 %) au cours des quatre derniers mois. Les acteurs de l’immobilier n’angoissent pas à l’idée de voir les taux de crédit remonter légèrement.

Les professionnels misent sur une hausse des transactions 

Après une hausse cumulée des transactions de 22 % en 2015 et 2016, les professionnels anticipent une stabilité (48 %) voire une poursuite de la hausse (32 %).

Les prix des logements devraient continuer à augmenter

Les plus optimistes se trouvent du côté de l’Ouest de la France : 88 % dans le Sud-Ouest et 85 % dans le Nord-Ouest contre 75% dans le Sud-Est et le Nord-Est. Le niveau des prix immobiliers et des transactions devraient augmenter raisonnablement. Dans le neuf, les prix devraient rester stables (53 % des répondants) ou augmenter (36 %). Le niveau des logements vendus devrait, a minima, se maintenir (42 % des répondants) sinon poursuivre sa hausse (38 %). Dans l’ancien, les professionnels sont de plus en plus nombreux à anticiper une hausse des prix (23 % aujourd’hui contre 17 % en janvier).