Achat immobilier : 40 % des Français pensent qu'il est facile de devenir propriétaire

Achat immobilier : 40 % des Français pensent qu'il est facile de devenir propriétaire

Les Français estiment, à 40 %, qu’il est actuellement plus facile de devenir propriétaire. C’est en tout cas ce qui ressort d’une étude Ifop, commandée par le courtier Cafpi.

Achat d'un bien immobilier : les Français sont plus optimistes

Si elle reste minoritaire, la proportion des Français optimistes sur leur désir de propriété progresse : 40 % pensent en effet qu’un tel projet est plus facile à mener aujourd’hui, contre 35 % en juin 2016 et 34 % un an plus tôt. D'ailleurs, 32 % (contre 30 % il y a un an) envisagent de passer à l’action dans les cinq ans à venir. Quatre raisons principales poussent à l’achat : « La perspective de ne plus avoir de loyer à payer (48 %), le sentiment d’être libre de faire ce l’on veut chez soi (46 %), l’idée d’avoir un bien à transmettre à ses enfants (34 %), le désir de préparer sa retraite (28 %) », assure le courtier Cafpi dans sa dernière étude.

Bon à savoir

Si les Français ont toujours le désir d'acceder à la propriété, certaines craintes restent identiques : « Prix trop élevés (54 % contre 55 % l’an dernier), difficultés à trouver un financement auprès d’une banque (40 % comme en 2016), frais liés à l’acquisition (35 %) et crainte de l’avenir (34 %) ».

1 % des Français ont une très bonne image... des banques !

Ce sondage met aussi en évidence la mauvaise image des banques : 69 % des sondés ont un ressenti négatif, contre… 1 % qui déclare avoir une très bonne impression. Plus préoccupant, une majorité (54 %) considère même que l’image des établissements prêteurs s’est détériorée ces dernières années. Enfin, si 46 % des sondés se disent fidèles à leur enseigne, ils n’excluent pas de changer de banque dans les prochaines années s’ils sont déçus.

Les courtiers deviennent incontournables pour acheter un logement

Si 53 % des personnes interrogées assurent connaître la profession de courtier et son utilité, 29 % sont dans l’ignorance. La profession peut compter sur les primo-accédants pour le bouche à oreille : 90 % d’entre eux, ainsi que les cadres et les professions intellectuelles, connaissent l’utilité d’un courtier. Le gain de temps (86 %), l’accompagnement d’un expert (84 %) et la source d’économie (67 %) sont les trois (bonnes) raisons de faire appel à un courtier.

Bon à savoir

En faisant appel à un courtier, vous vous assurez d'obtenir le meilleur taux de crédit pour votre achat immobilier. N'hésitez pas à demander conseil.