Changement d'heure : Passer à l'heure d'été favorise les économies d'énergie ?

En 1784, Benjamin Franklin est le premier à émettre l’idée d’un changement d’heure. Photo d'illustration : Les horloges de Saint-Lazare. © Marine26
partage(s)

Chaque année le refrain se répète : le dernier dimanche du mois de mars, la montre est à reculer d’une heure. Une heure de sommeil perdue pour une heure d’ensoleillement en plus. Mais fait-on réellement des économies d'énergie ?

Dans la nuit du samedi 25 au dimanche 26 mars 2017, à deux heures, il sera trois heures.

Le changement d’heure, c'est -1 % sur la consommation d’électricité

L’heure d’été est un dispositif qui consiste à ajouter une heure au fuseau horaire local. Mesure adoptée dans les pays tempérés en raison d’une variation de lumière, elle est effective dans la plupart des pays de l’hémisphère nord. Elle a pour objectif de faire durer la durée d’ensoleillement dans une journée, ce qui amène des économies d’énergie en termes d’éclairage. Depuis que le passage à l’heure d’été a été instauré en France, diverses études ont été menées afin d’en mesurer le gain. Les économies réalisées grâce au changement d’heure se chiffrent à 440 Gigawatt-heure, ce qui représente la consommation annuelle de 800 000 ménages. En termes environnementaux, le changement d’heure permet d’éviter l’émission de 44 000 tonnes de CO2. Une tonne de CO2 correspond à un aller/retour Paris-New York en avion. 

Bon à savoir

L’Allemagne a été le premier pays européen à adopter le changement d’heure en 1916. La France a adopté le système en 1975, suite au choc pétrolier de 1973. 

Les économies réalisées ne sont pas suffisantes...

Les gains énergétiques réalisés deviennent de plus en plus faibles. La généralisation des lampes basse consommation réduit considérablement les économies effectuées par le changement d’heure. Malgré les gains réalisés, la mesure est souvent remise en question. Le corps médical a par exemple démontré que retarder l’heure du coucher de soleil peut avoir des impacts négatifs sur le sommeil.

Bon à savoir

En 2030, les économies réalisées devraient baisser à 340 Gigawatt-heure, soit 100 de moins qu'aujoud'hui.