Immobilier : un contexte favorable à l'achat

Immobilier : un contexte favorable à l'achat

Dans un contexte économique qui peine à décoller, voici une nouvelle qui fait du bien :  les professionnels de l'immobilier constatent une embellie du marché et un contexte favorable à l'accession.

Des ventes en forte hausse sur 1 an

L'envie de devenir propriétaire est toujours aussi forte, les taux d'intérêts sont historiquement bas et les prix se stabilisent. Tout est donc réuni pour favoriser l’acte d’achat. De plus, une étude de l'Insee montre que la confiance n’a jamais été aussi haute depuis 5 ans. Cela a joué un rôle dans le retour des acquéreurs, mais aussi des vendeurs.

Sur l'ensemble de la France, les ventes de biens immobiliers ont augmenté. Néanmoins, les effets de la loi ALUR, en particulier l’encadrement des loyers, ont refroidi les ardeurs des investisseurs, qui ne représentent plus que 10 % des transactions au sein du réseau Laforêt. Ils s'orientent cependant vers l'immobilier résidentiel neuf, en raison du dispositif Pinel, très attractif au niveau fiscal. De son côté, le réseau Guy Hoquet enregistre une évolution des volumes de vente de 9,4 % durant la période de janvier à juin 2015.

Chiffres clés

Le volume de transactions a progressé de 5,5 % sur un an au sein du réseau Laforêt, tandis que le nombre des ventes a connu un bond de 15,2 % chez Century 21.

Les primo-accédants font un retour timide sur le marché de l'accession : ils représentent désormais plus d'un tiers des transactions, dans tous les réseaux d'agences. Ils gardent l’envie d’acheter et sont nombreux à avoir des projets, comme le montre l’étude CSA pour Guy Hoquet : 14 % des non-propriétaires âgés de 18 à 40 ans sont en projet d’accession, tandis que 9 jeunes sur 10 rêvent de devenir propriétaire.

Des délais de transaction moins longs

Après avoir augmenté pendant plusieurs années, les délais de vente semblent se raccourcir sensiblement. C'est le résultat d'une plus grande flexibilité de la part des vendeurs et d'une prise de conscience de la part des acheteurs, enfin convaincus que la période est propice pour réaliser un projet immobilier. 

En province, le réseau Century 21 constate néanmoins que les délais de vente sont très disparates, selon les régions, allant de 85 jours en Champagne-Ardenne à 128 jours dans le Limousin. De son côté, le réseau Guy Hoquet estime que les délais de vente ont augmenté à Paris et en Ile-de-France, de 5 jours dans la capitale et de 4 jours dans les autres départements franciliens. 

Bon à savoir

Les délais de vente sont en moyenne de 100 jours au niveau national.

Une hausse significative de la demande

Une hausse sensible de la demande a été constatée par les réseaux immobiliers au premier semestre 2015 : 6 % pour Laforêt et 14 % pour Guy Hoquet. Que ce soit à Paris, en Ile-de-France ou en province, les petites surfaces sont plébiscitées : studio et 2 pièces pour les appartements et 2 chambres pour les maisons. Enfin, les biens plus grands (3 pièces et plus), trouvent enfin preneurs.

A Paris et en Ile-de-France, l'offre de biens à vendre est insuffisante pour fluidifier les transactions et les stocks des agences diminuent rapidement. C'est notamment le cas pour les propositions de studio et de 2 pièces, qui représentent 50 % des offres disponibles à la vente, alors que la demande s'élève à 68 % (source : Laforêt). 

Les prix de l'immobilier en France

Le Baromètre LPI-SeLoger de juin 2015 montre que le marché de l'immobilier repart à la hausse.

La rédaction vous conseille :