L'APL gonflerait-t-elle le prix des loyers ?

L'APL gonflerait-t-elle le prix des loyers ?

L'information a été démentie par le gouvernement : l'aide personnalisée au logement (APL) ne sera pas supprimée pour les non-boursiers, comme le redoutaient les syndicats étudiants.

Pour autant, le débat ressurgira tôt ou tard. Déjà, la Cour des comptes, dans ses rapports 2007 et 2010, avait plaidé pour une refonte des aides au logement : " La Cour considère que le centrage des aides sur les étudiants boursiers reste une nécessité impérieuse tant au regard de la justice sociale que de la situation des finances publiques "

Effet boomerang ?

" Aucune nouvelle analyse spécifique n'a été réalisée par le ministère en charge du logement (Ndlr, de l'époque, 2010). Pourtant les conclusions des études menées antérieurement étaient inquiétantes à un double titre : elles constataient que les aides ont une incidence difficile à mesurer sur l'amélioration du parc des logements et qu'elles auraient un effet inflationniste sur le marché locatif, au détriment notamment des ménages à bas revenus ". Seule une partie des bénéficiaires seraient concernés, à savoir les étudiants non-boursiers, soit environ 400 000 étudiants (sur les 600 000 étudiants bénéficiaires de l'APL dans l'Hexagone), soit environ 10 % de la totalité des bénéficiaires des APL. A suivre...