L’immobilier de luxe en panne

L’immobilier de luxe en panne
partage(s)

L'immobilier haut de gamme français fait grise mine. Baisse des transactions, résidences secondaires et investissement locatif en berne, les biens de prestige ont du mal à se vendre.

C'est à croire que la crise de l’immobilier est sévère. Même l’immobilier haut de gamme français, que toute la profession estimait intouchable, il y a quelques années, a posé un genou à terre. Alexander Kraft, président-directeur général de Sotheby's International Realty France-Monaco, a le sens de la litote, évoquant une baisse des prix qui commence à redynamiser le marché. L’expert se réjouit d’un rebond de 45 % des ventes, en 2014 par rapport à 2013, en Ile-de-France, une année il est vrai particulièrement noire. 

Chiffres clés

A Paris, Sotheby's établit à 2,25 millions d'euros en 2014 la moyenne des prix, en hausse de 25 % comparé à 2013.

Une forte baisse des transactions immobilières

Dans un marché immobilier international du luxe dynamique, la France fait figure d’exception, avec une forte baisse généralisée des transactions et des prix, dans les grandes villes de province (Bordeaux, Lyon, Marseille, Toulouse, Lille, Nantes, etc.), un très net recul des achats en résidences secondaires et en investissement locatif, assure Barnes, un autre spécialiste du luxe.

Fin 2014, à Paris, les prix se sont stabilisés entre 9 500 et 12 000 €/m² dans le 8e arrondissement et entre 11 000 et 15 000 € /m² sur la rive gauche pour des surfaces entre 60 et 200 m². Thibault de Saint Vincent, président de Barnes, réclame de la patience : « Les clients étrangers seront les acteurs majeurs de la reprise. Dès le retour de la confiance, les Français se positionneront à nouveau », conclut-il.

La rédaction vous conseille :