Les emprunteurs font leur retour dans l'immobilier ancien

Les emprunteurs font leur retour dans l'immobilier ancien
partage(s)

Après un mois de février ayant permis un décollage de l’immobilier ancien, mars s’annonce également positif, pour les prêteurs comme pour les emprunteurs. 

Bonne nouvelle : les banques prêtent toujours

Les banques n’ont pas durci leurs conditions d’octroi des crédits et disposent de ressources monétaires en nombre et bon marché. Cette situation devrait perdurer au moins pour les prochains mois. En effet, les liquidités en provenance de la Banque Centrale Européenne (BCE) sont abondantes et assorties d’un taux de refinancement au plancher, à 0,05 %. D’autre part, pour les banques de dépôt, la part des fonds qu’elles peuvent utiliser sur les Livrets A de leurs clients pourrait bientôt ne plus leur coûter que 0,75 % de rémunération, contre 1 % actuellement.

Des conditions de crédit avantageuses pour les emprunteurs

Dans ce contexte favorable, le volume de financements des courtiers en crédits immobiliers, augmente sensiblement. Leur succès tient, notamment, aux conditions de crédit très avantageuses obtenues pour leurs clients. Par exemple, chez CAFPI, s’endetter à taux fixe sur 25 ans, ne coûte aujourd’hui, que 2,29 % à 2,80 %, contre 3,06 % en général.

Chiffres clés

Par rapport à janvier 2012, pour une même mensualité de crédit de 1 000 € (hors assurance) sur 20 ans, il est aujourd’hui possible d’emprunter près de 20 % de capital en plus tout en économisant près de 42 % sur les intérêts.

Un pouvoir d'achat en croissance pour les acheteurs

Les premiers à bénéficier du crédit à prix bas sont les propriétaires qui vendent leur résidence principale pour en acheter une nouvelle. Ils achètent en grande majorité dans l’ancien (93 %). Le pouvoir d’achat des propriétaires a encore progressé sous l’effet de la baisse des taux et des prix. Dans des villes dynamiques comme Nantes, Rennes et Toulouse, ce sont entre 14 et 15 m² de surface habitable que l’on peut acheter en plus, comparé à janvier 2012.

Les points clés à retenir

  • Les conditions d'octroi des crédits restent attractives.
  • Les courtiers en crédits immobiliers voient leur volume de financements augmenter sensiblement.
  • Les acquéreurs bénéficient d'une hausse de leur pouvoir d'achat.

La rédaction vous conseille :