Les propriétaires ne mâchent pas leurs mots face à Sylvia Pinel

Les propriétaires ne mâchent pas leurs mots face à Sylvia Pinel
partage(s)

La ministre du Logement, Sylvia Pinel, a assisté au congrès de l'Union Nationale de la Propriété Immobilière (UNPI). Elle est repartie avec la conviction que les propriétaires en avaient marre de payer autant de taxes.

Le traditionnel congrès de l'UNPI a tenu toutes ses promesses, ce week-end à Agen. Sylvie Pinel a d’abord défendu l’action du gouvernement. Elle a milité en faveur d’un réseau de copropriétaires « responsable, fluide et pacifié », tandis que l'État doit, selon elle, rester dans le rôle de « garant d'un bon équilibre entre les propriétaires et les locataires ». La ministre a également martelé le besoin de mettre en place des logements intermédiaires pour les foyers modestes, les exhortant à croire de nouveau à « l'investissement sur le locatif ». La réponse de Jean Perrin, président de l'UNPI, laisse entendre que la confiance est ébréchée : « Le propriétaire reste le mal-aimé. Il faut rebattre les cartes et combattre les idées reçues. Non les propriétaires ne sont pas des rapaces », insiste-t-il.

Contrat-type de location, taxes... les propriétaires ont en marre

Le nouveau contrat-type de location, qui entrerait en vigueur en fin d’année, suscite la colère des propriétaires-bailleurs : « Il comptera vingt et une pages ! ». Le poids de la fiscalité les enrage toujours autant. « Ceux qui occuperont leur propre logement hésitent à investir quand ils imaginent :

  • la taxe sur les plus-values,
  • les droits de succession,
  • la taxe foncière,
  • la taxe d'habitation,
  • la taxe sur l'enlèvement des ordures ménagères, etc.

N'est-ce pas mieux de rester locataire ? », a déploré Jean Perrin, qui a toutefois assuré vouloir « travailler » avec Sylvia Pinel.

La rédaction vous conseille :