Les taux immobiliers ralentissent leur hausse et s’établissent à 1,56 % au 2e trimestre 2017

Les taux immobiliers ralentissent leur hausse et s’établissent à 1,56 % au 2e trimestre 2017
partage(s)

Depuis plusieurs mois les taux des crédits immobiliers sont à la hausse. Pourtant, au cours du 2e trimestre 2017, ces derniers semblent se stabiliser et s’établissent à 1,56 % en moyenne d'après les chiffres de l'Observatoire Crédit Logement/CSA.

Crédit immobilier : les taux se stabilisent au 2e trimestre 2017

Depuis décembre 2016, les taux des crédits immobiliers ont augmenté. Pourtant depuis avril, ces derniers se sont stabilisés et sont revenus à leur niveau du début de l’été 2016. Au 2e trimestre 2017, les taux se sont établis à 1,56 %, en moyenne (1,59 % pour l’accession dans le neuf et 1,58 % pour l’accession dans l’ancien). En revanche, la durée d’emprunt a sensiblement augmenté : 215 mois en moyenne (231 mois pour l’accession dans le neuf et 229 mois pour l’accession dans l’ancien). De quoi faciliter la primo accession des ménages jeunes ou modestes puisque la part de la production à plus de 20 ans s’est établie à 57,3 % en juin 2017.

Evolution taux de crédit immobilier 2017
Après une hausse de plusieurs mois, les taux de crédit immobilier se stabilisent en juin 2017. © Observatoire Crédit Logement/CSA

Le coût d'un crédit s’établit à 4,08 années de revenus !

Après avoir progressé à un rythme soutenu en 2016, le coût des opérations réalisées par les ménages a rapidement augmenté. Le coût relatif s’est ainsi établi à 4,08 années de revenus au 2e trimestre 2017 contre 3,90 années de revenus il y a un an, pénalisant ainsi les ménages les plus jeunes et les plus modestes. Sans compter le fait que les revenus de ces ménages ne progressent que modérément (+ 1,2 % sur le 1er semestre, en glissement annuel) et que le niveau de l’apport personnel se renforce depuis l’automne 2016 (+ 2,2 % sur le 1er semestre, en glissement annuel). Ainsi, en dépit des conditions de crédit favorables à la réalisation des projets immobiliers des ménages, l’indicateur de solvabilité de la demande poursuit la dégradation amorcée en début d’année.

Bon à savoir

Alors qu’habituellement le marché des crédits immobiliers se redresse rapidement au début du printemps, cette année l’activité a reculé. On a ainsi compté une hausse de seulement 4,1 % pour la production et une baisse de 2 % pour le nombre de prêts.