Propriétaires, locataires... Plus de 12 millions de personnes subissent la crise du logement

Propriétaires, locataires... Plus de 12 millions de personnes subissent la crise du logement
partage(s)

En France, 4 millions de personnes souffrent de mal-logement ou d’absence de logement. 12,1 millions de personnes, propriétaires et locataires, sont touchées à différents degrés par la crise du logement. 

Crise du logement : 1 Français sur 4 est mal logé

« On ne pleure pas sur des chiffres » déclarait l’Abbé Pierre cité par Manuel Doumergue, responsable des Etudes de la Fondation Abbé Pierre. Mais « le pire, c’est de ne pas regarder », ajoutait le délégué général Christophe Robert lors de la présentation du rapport sur le mal-logement de la Fondation, mardi 31 janvier. Cette année, l'organisation comptabilise 4 millions de personnes mal logées en France, dont 2,8 millions qui vivent dans des conditions extrêmement difficiles : 896 000 personnes n’ont pas de logement, 934 000 personnes vivent entassées les unes sur les autres, 85 000 personnes vivent dans des logements de fortune, 643 000 personnes cohabitent chez leurs parents ou des tiers.

Différents cas expliquent la crise du logement en France. © Fondation Abbé Pierre

Bon à savoir

Personne n'échappe à la crise. Qu'il s'agisse des propriétaires ou des locataires, plus de 12 millions de personnes sont aujourd'hui encore concernées par la crise du logement.

L'hébergement en hôtel, une solution de plus en plus envisagée

Le recours en urgence à l’hébergement en hôtel est devenu de plus en plus fréquent depuis cinq ans, principalement en Ile-de-France. Au 30 juin 2016, 41 044 nuitées hôtelières ont été enregistrées, en hausse de 8,1 % par rapport à l’an dernier. Qui cela concerne-t-il ? Les enfants représentent à eux seuls 50 % des personnes hébergés en hôtel via le 115 et près de 60 % y résident depuis plus de 6 mois. Où ? Les régions Bourgogne/Franche- Comté ont vu les demandes augmenter de + 74,1 %, celles en PACA enregistrent une hausse de + 42,2 % et la Bretagne subit des demandes d’urgence de plus de 25,7 %.

La part de logement sans confort prime dans la définition du mal-logement. © Fondation Abbé Pierre

Pour remédier à cette situation : le droit au logement opposable

Le Droit au Logement opposable (Dalo) est un système qui permet aux personnes mal logées, ou ayant attendu en vain un logement social pendant un délai anormalement long, de faire valoir leur droit à un logement décent ou à un hébergement si elles ne peuvent l’obtenir par leurs propres moyens. Et les recours déposés sont en constante augmentation. D’après le Comité de suivi de la loi Dalo, 512 132 recours ont été déposés en huit ans. En 2014, 17 départements ont enregistré plus de 1 000 recours et comptabilisent à eux seuls 73 272 recours (85 %), dont les 8 départements d’Île-de-France et 3 départements de la région PACA (Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône et Var). Fin 2015, ce sont 102 297 ménages qui ont été logés suite à un recours Dalo.

Bon à savoir

L’Île-de-France comptabilise à elle seule 49 100 recours Dalo (57 % des recours), dont 67 % se concentrent en petite couronne. A contrario, seuls 10 recours ont été déposés en 2014 en Ille-et-Vilaine, ce qui illustre en partie l’efficacité des dispositifs préventifs mis en place par la ville de Rennes.