Qualité du logement : quels sont les Français les mieux et les moins bien lotis ?

Qualité du logement : quels sont les Français les mieux et les moins bien lotis ?
partage(s)

Le niveau de satisfaction des Français, vis-à-vis de leur logement, varie fortement selon le type d'habitation, l’âge et la ville habitée. Les propriétaires seraient d’ailleurs bien plus satisfaits que les locataires.

Pour être heureux, mieux vaut être propriétaire d’une maison à la campagne

S’intéressant au niveau de satisfaction des Français vis-à-vis de leur logement, le baromètre réalisé par l’Association Qualitel est basé sur le Qualiscore : un outil qui permet de noter, sur 10, la qualité d’un logement sur la base de 15 critères (confort thermique, confort acoustique, etc.). Selon cette étude, si les Français sont plutôt satisfaits de la qualité de leur habitation (avec une note de 6,7/10), on peut remarquer des grandes disparités en fonction des profils sociodémographiques et du type de logement occupé. Ainsi, pour être satisfait de la qualité de son logement, mieux vaut être propriétaire (7,2/10 contre 5,9 pour les locataires), habiter en maison (7/10 contre 6,2 en appartement), et si possible à la campagne (7,1/10 en zone rurale contre 6,2 à Paris). Enfin, les plus de 60 ans seraient davantage satisfaits que les autres (7,1/10 contre 6,4 pour les 25-44 ans), de même que les couples (7/10 contre 6,3 pour les personnes vivant seules).

Satisfaction Français Maison Appartement

Le taux de satisfaction augmente avec la taille du logement

La surface joue également un rôle important dans la satisfaction globale des Français vis-à-vis de leur logement. En effet, pour les surfaces de plus de 120 m², les personnes interrogées attribuent une note de 7,5/10 à leur habitation : un score supérieur à la moyenne française. La surface jouerait un rôle essentiel sur le confort. Ainsi, 20 % des occupants de logements de moins de 75 m² affirment que l’air qu’ils respirent dans leur logement « n’est pas sain », en raison d’une mauvaise aération ou ventilation. Un problème qui touche 35 % des locataires contre seulement 13 % des propriétaires. Enfin, la mauvaise isolation acoustique, directement liée à la surface du logement, est pointée du doigt par les habitants des appartements et studios : 31 % de ces derniers affirment être régulièrement réveillés la nuit par des bruits provenant de leur voisinage, contre seulement 12 % pour l’ensemble des Français.

Satisfaction Logement Français Locataires Propriétaires

Logement : la qualité perçue évolue selon l’année de construction

La date de construction a une plus grande incidence sur la qualité perçue que le type de logement ou la surface. Alors que les personnes vivant dans un logement construit avant 2007 affichent des scores inférieurs à 7/10, ceux vivant dans une habitation de moins de 10 ans affichent un score moyen de 7,6/10. Ce score atteint même 7,9/10 lorsque ces logements bénéficient d’une certification ou d’une labellisation. Par ailleurs, on peut remarquer que, si la qualité des logements construits avant 1900 est jugée comme acceptable, avec une note de 6,7/10, la qualité perçue pour les logements construits entre 1900 et 1980 chute fortement : 6,2/10 de 1900 à 1944 et 6,3/10 de 1945 à 1979. Selon Qualitel, ce trou d’air « s’explique par le triple effet du boom démographique, de l’urbanisation et de la reconstruction accélérée des villes suite à la Seconde Guerre mondiale, qui a conduit à privilégier une approche quantitative, au détriment de la qualité de l’habitat. »

Qualité Logement Année Construction

Logements sociaux : la qualité progresse sensiblement

Les logements sociaux construits après 2007 enregistrent un score moyen de 7/10, très nettement supérieur à celui des logements sociaux de plus de 10 ans (5,4/10).