Quand l'immobilier va, la consommation et l'emploi sont dopés !

Quand l'immobilier va, la consommation et l'emploi sont dopés !
partage(s)

Avec un contexte favorable à l'achat en 2016, la bonne santé du marché de l’immobilier a impacté positivement l’emploi et la consommation des Français.

Le marché de l’immobilier ? « Une vraie cocaïne ! »

Sur Europe 1, un agent immobilier recourt à la métaphore : « C'est une vraie cocaïne qu'on a donnée aux acheteurs, le marché est complètement dopé ! ». Dans un contexte extrêmement favorable, avec des taux d’intérêt qui frisent les 1,5 % sur les crédits immobiliers, les ventes des logements anciens ont augmenté de 14 % sur les six premiers mois de l’année, d’après le réseau Century 21. De plus, les primo-accédants sont de plus en plus présents dans les transactions. Ce constat est similaire concernant les ventes des logements neufs : plus de 22 % de hausse en un an, selon la Fédération des promoteurs immobiliers. 

Bon à savoir

En 2016, il faut tabler sur 840 000 transactions dans l'immobilier ancien.

Les agences immobilières embauchent

Paris n’est pas la seule concernée par cette embellie. Marseille, Lyon, Bordeaux, Toulouse connaissent le même phénomène : « On a retrouvé des niveaux de vente comparables aux années 2010 ou 2011. On peut même affirmer qu'on a retrouvé les scores de vente d'avant crise. Nous sommes bien occupés et nous avons dû recruter deux personnes supplémentaires », se réjouit sur Europe 1, Me Thierry Thomas, détenteur d’une étude notariale à Nantes. Pour faire face aux besoins, les grands réseaux d’agences embauchent : 200 salariés de plus chez Orpi, 250 chez Laforêt immobilier ainsi qu’à la Fnaim.

Les Français se meublent de plus en plus 

Par ricochet, d’autres secteurs bénéficient également de cette bonne conjoncture. Les ventes de meubles ont bondi de près 5 % au premier semestre par rapport à la même période l'an dernier.