Seuls 17 % des 18-24 ans vivent dans leur propre logement !

Seuls 17 % des 18-24 ans vivent dans leur propre logement !

L’accès des jeunes au logement est toujours compliqué, en raison d’un marché tendu dans les grandes villes étudiantes et dans les principaux bassins d’emploi. Résultat : seuls 17 % des 18-24 ans vivent dans leur propre logement.

L'accès au logement reste difficile pour les jeunes

Marquée par la fin des études et l’entrée dans la vie active, la période entre 18 et 25 ans est un âge charnière dans les parcours résidentiel et d’autonomisation des jeunes. Á ce titre, le Groupe Polylogis, bailleur social spécialisé dans la construction, la rénovation et l’aménagement des logements, a réalisé un état des lieux sur l’accès au logement des jeunes. D’après cette étude, alors que « l’accès à un logement contribue à la mixité sociale et intergénérationnelle dans les villes », seuls 17 % des moins de 24 ans disposent de leur propre habitation où ils vivent exclusivement et qu’ils financent par eux-mêmes. En effet, la plupart d'entre eux vivent au domicile parental ou dans un logement financé par les parents. « L’accès à un logement autonome pour un jeune se fait en général en plusieurs étapes intermédiaires, qui évoluent selon le statut : étudiant, en recherche d’emploi, actif, etc. », précise Christian Giuganti, Directeur général délégué chez le bailleur social.

Cette population de jeunes est la première exposée aux tensions et exigences du marché du logement ».

Christian Giuganti, Directeur général délégué au Groupe Polylogis.

Le logement social, une solution pour pallier les contraintes ?

Les jeunes entre 18 et 24 ans disposent souvent de revenus « faibles », qui rendent difficile l’accès au parc privé et qui entrent généralement dans les critères d’éligibilité au logement social. Or, le Groupe Polylogis constate que cette tranche d’âge, qui constitue près de 10 % de la population française, représente seulement entre 7 et 10 % des occupants de ses logements HLM, et entre 1 et 8 % des locataires détenteurs du bail : « C’est une part peu importante de détenteurs de bail pour une population particulièrement fragile face aux exigences du marché », constate Christian Giuganti. Ce dernier ajoute que « le logement social peut constituer une première étape du parcours résidentiel pour bien des jeunes […] qui n’y pensent pas toujours ». Daniel Biard, Président du Comité exécutif du bailleur social, estime qu’il y a « un travail à mener sur l’offre, l’image des HLM, les possibilités d’accès et les moyens alloués au secteur HLM pour répondre à cette question ».

Bon à savoir

Entre 18 et 24 ans, les revenus mensuels moyens perçus varient entre 795 € et 1 250 € selon les situations (avec ou sans emploi) et les niveaux d’étude.