Taxe foncière : +16,42 % depuis 2009

Taxe foncière : +16,42 % depuis 2009
partage(s)

Selon une étude de l'Union nationale de la propriété immobilière (UNPI), la taxe foncière a augmenté de 16,42 % sur la période 2009-2014. Zoom sur les villes et départements où l'évolution est la plus notable.

La hausse continue de la taxe foncière connaît un ralentissement

Alors qu'elle s'élevait à 21,17 % sur 2007-2012 puis 21,26 % sur 2008-2013, la hausse de la taxe foncière connaît donc un ralentissement assez significatif sur la période 2009-2014. Cependant, cette hausse reste « forte » selon l'UNPI qui affirme que cette augmentation est liée à celle des taux d'imposition fixés par les villes et départements (+ 7,86 %) ainsi que la revalorisation annuelle des valeurs locatives (+ 7,94 %).

Des disparités importantes entre départements

Alors que la part départementale payée par les contribuables a augmenté de 17,45 % sur la même période sur l'ensemble du territoire, des disparités significatives entre départements existent. Ceci s'explique par le fait que, sur certains territoires, par exemple la Martinique ou les Hauts-de Seine, seule la revalorisation annuelle des valeurs locatives a influé sur les cotisations. Enfin, toujours selon l'UNPI, la moyenne des taux cumulés de la taxe foncière s'élevait à 36,90 % sur l'année 2014.

Chiffres clés

Les propriétaires en Corse-du-Sud sont ceux qui ont subi la hausse la plus importante (+70,50 %), alors que dans les Hauts-de-Seine, la taxe a connu sa hausse la plus faible (+5,70 %).

Top 3 des villes où l'augmentation a été la plus importante :

  1. Argenteuil (+26,34 %)
  2. Montreuil-sous-Bois (+24,02 %)
  3. Dijon (+21,59 %)

Top 3 des villes où l'augmentation a été la plus faible :

  1. Grenoble (+6,53 %)
  2. Tourcoing (+6,80 %)
  3. Nice (+6,95 %)

La rédaction vous conseille :