Ventes dans l'ancien : les chiffres des acteurs du marché

Ventes dans l'ancien : les chiffres des acteurs du marché
partage(s)

Les notaires, la FNAIM et de grands réseaux d’agents immobiliers ont chacun publié leurs chiffres sur l’évolution des ventes dans l’ancien, en France. Malgré des écarts minimes, une grande tendance se dégage. 

Plusieurs chiffres existent pour un même marché, avec des écarts inévitables. En effet, aucune statistique relative au marché des logements anciens ne provient d’un comptage intégral des ventes. Elles sont toutes mesurées à partir de données plus ou moins conséquentes.

Les statistiques INSEE-Notaires sont les dernières à être publiées, en raison des délais de remontée et de traitement des sources. Les autres statistiques sont mesurées à partir d’avant-contrats signés par les organismes (FNAIM, grands réseaux…). Cela entraîne donc une plus grande réactivité mais également une certaine volatilité. Leur fiabilité dépend en grande partie du nombre de données sur lesquelles elles sont basées. Au-delà de leurs différences, ces statistiques s’avèrent indispensables pour suivre de près l’évolution et les tendances du marché.

© Galivel

Baisse des ventes de logements dans l'ancien

La plupart des acteurs s’accordent sur la baisse des ventes dans l'ancien, par rapport à l’année précédente. Les notaires annoncent environ 700 000 transactions en 2014, contre 717 000 en 2013. Les services de l’Etat, à travers le Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable (CGEDD), rattaché au ministère de l’Ecologie, avaient arrêté le chiffre des ventes dans le parc ancien à 718 000 en 2013. Les chiffres officiels de l'année 2014 seront publiés en mars 2015.

La rédaction vous conseille :