L’immobilier allemand va tirer profit du Brexit

L’immobilier allemand va tirer profit du Brexit

Du côté des professionnels allemands de l’immobilier, 57 % d’entre eux misent sur des prix à la hausse et des transactions plus élevées. Francfort en serait la première bénéficiaire.

Le Brexit redristribue les cartes du marché immobilier européen

Immobilier de bureaux britanniques, immobilier résidentiel, conséquences sur le marché français... le Brexit suscite la curiosité des professionnels du secteur. A son tour, l’Allemagne se projette et un sondage révèle que les prix de l'immobilier pourraient repartir à la hausse, notamment à Francfort, la capitale. Selon cette enquête menée par le cabinet de conseil EY auprès de plus de 500 acteurs du marché allemand de l’immobilier, 57 % prévoient des effets positifs du Brexit sur le secteur, c’est-à-dire des prix en hausse et une augmentation du nombre de transactions. Ce qui ne ferait que conforter la tendance actuelle en Allemagne, où les prix et les transactions sont les moins élevés sur le Vieux continent.

Bon à savoir

A Londres, face à l’afflux massif de demandes de retraits d’argent, sept sociétés de gestion ont d’ores et déjà tiré le rideau temporairement, le temps de voir venir.

L'immobilier à Francfort va bénéficier des retours des investisseurs

Francfort sera la première ville allemande à bénéficier en retour d’un intérêt accru des investisseurs pour d’autres places fortes européennes : 86 % des sondés tablent sur des prix en hausse pour l’immobilier résidentiel et 79% sur une progression dans l’immobilier de bureau. Depuis le 23 juin et le vote britannique en faveur de la sortie de l’Europe, plusieurs grandes villes européennes se positionnent pour remplacer Londres comme la capitale financière en Europe. Francfort, où la Banque centrale européenne (Bce) est installée, présente le profil idéal pour relever le défi, avec la présence sur son sol de nombreuses banques renommées.

Bon à savoir

Dans un contexte d'incertitude post-Brexit, l'immobilier de bureaux d'Île-de-France a attiré 6,4 milliards d'euros au premier semestre, un montant en hausse de 11 % sur un an. 

La rédaction vous conseille :