La première chute des loyers depuis 2010 au Royaume-Uni !

La première chute des loyers depuis 2010 au Royaume-Uni !
partage(s)

Alors que les logements manquent outre-Manche, le prix des locations fléchit. Une tendance qui n’épargne pas Londres… Décryptage.

L’étonnante baisse des loyers au Royaume-Uni 

C’est un étrange paradoxe. Alors que le Royaume-Uni est confronté à une pénurie de logements, les loyers ont chuté pour la première fois depuis 2010 (- 0,5 % en juillet). Londres, la capitale londonienne, est elle-même touchée, alors qu’elle apparaît généralement à la rubrique des records des prix élevés de l’immobilier. Pourtant, dans un article éclairant proposé par le Financial Times, il apparaît que le marché immobilier anglais est inondé de logements disponibles à la location.

Une hausse spectaculaire des logements à louer !

Dans la seule capitale, l’offre a bondi de 33 % sur l’année glissante, d’après les données de Countrywide relayées par le site Homes and Property. Sur la seule dernière année, la hausse du nombre de biens en location est passée de 8 800 à 14 000. Cette surchauffe s’explique par l’application de la surtaxe de 3 % depuis le 1er avril 2016 en Grande-Bretagne, autrement dénommé la Stamp duty. Calculée à partir du prix d’achat, cette surtaxe concerne les particuliers acquérant un logement en vue de le louer ou d’en faire leur résidence secondaire. Elle s’ajoute à la taxe classique déjà en vigueur que les particuliers règlent lors de la transaction.

Surtaxe, Brexit, les raisons d’un tassement

Cette annonce a provoqué une vague d’achats sans précédent dans l’immobilier locatif, les investisseurs souhaitant éviter de payer des frais supplémentaires. Résultat, les loyers ont mécaniquement baissé… Ce retournement de tendance pourrait s’expliquer aussi par l’accalmie affichée depuis le début de l’été sur le marché immobilier britannique. La sortie du Royaume-Uni de l’Europe, votée le 23 juin dernier, a eu pour effet de stabiliser les prix à la vente.

Bon à savoir

A l’échelle du pays, les tarifs n'ont progressé en moyenne que de 0,6 % entre juillet et août (+ 5,5 % tout de même sur un an), selon Nationwide. Même à Londres, qui reste sur une progression des prix, la hausse paraît contenue : + 2 % !