Emmanuel Macron veut exonérer 80 % des Français de la taxe d'habitation

Emmanuel Macron veut exonérer 80 % des Français de la taxe d'habitation
partage(s)

Invité dans l'émission de BFMTV-RMC, Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle, a annoncé sa volonté d'exonérer de taxe d'habitation 80 % des Français, dès 2019.

Emmanuel Macron veut exonérer de taxe d'habitation 80 % des Français

Après avoir évoqué le bail mobilité et la transformation de l'ISF en impôt sur la rente immobilière, Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle 2017, a dévoilé une nouvelle mesure pour son programme : la suppression de la taxe d'habitation pour 80 % des Français. Invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV-RMC, le candidat a en effet affirmé vouloir étendre les conditions d'exonération de la taxe d'habitation : « L'État exonèrera les Françaises et Français de classe populaire et de classe moyenne sur leur taxe d'habitation soit 80 % de celles et ceux qui la payent (...) La mesure ne coûtera rien aux collectivités locales, puisqu'elle sera à la charge de l'Etat » a-t-il précisé. Emmanuel Macron a d'ailleurs estimé le coût de la suppression de la taxe d'habitation à 10 Md€ sur le prochain quinquennat.

La Taxe d'habitation, une taxe jugée « injuste »

Cette nouvelle mesure envisagée par Emmanuel Macron s'inscrit dans une volonté d'ajustement. Pour cause, la taxe d'habitation n'est pas la même pour tous les Français puisqu'elle varie d'une commune à l'autre. Le candidat a ainsi affirmé qu'il s'agissait là d'un « impôt injuste » avant d'ajouter : « On paye beaucoup moins à Paris que dans le reste de la France, on paye souvent beaucoup plus quand on vit dans une commune pauvre que dans une commune riche ». Un fait qu'on ne peut nier lorsqu'on observe les chiffres de 2016, communiqués par Le Figaro, où la taxe d'habitation variait de 481 € à 1 440 € entre Paris et Argenteuil, pour une moyenne à 1 097 € dans les 41 villes de plus de 100 000 habitants.

Bon à savoir

En 2016, la taxe d'habitation a en moyenne augmenté de 1 % par rapport à l'année précédente, soit une hausse de 3 à 82 € pour les Français.