Logement social : s'il était président, Benoît Hamon renforcerait la loi SRU

Logement social : s'il était président, Benoît Hamon renforcerait la loi SRU
partage(s)

Vainqueur de la primaire de la « Belle Alliance Populaire », Benoit Hamon a axé son programme logement sur la rénovation énergétique et le logement social. Il prône notamment le renforcement de la loi SRU : les points clés de cette mesure.  

Logement social : des sanctions plus lourdes pour inciter à construire des HLM

Benoit Hamon, candidat du Parti Socialiste à la présidentielle, désire renforcer les sanctions à l’encontre des communes qui ne respectent pas la loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain) en matière de mise à disposition des logements sociaux. Son objectif ? Que ces pénalités soient réellement dissuasives afin d’inciter les maires à construire davantage d’habitations à loyer modéré (HLM). Par ailleurs, le vainqueur de la primaire de la gauche souhaite créer un droit permettant à l’Etat de se substituer aux maires pour construire « des biens d’utilité publique, à commencer par les logements sociaux ».

Le taux des logements sociaux passerait à 30 %

Pour que les maires qui souhaitent construire des logements sociaux soient encouragés à le faire, Benoît Hamon préconise deux mesures fortes : une modulation de la dotation aux collectivités en fonction de l’effort de construction de HLM et la mise en place de mécanismes de réquisition des logements vacants afin de les transformer en logements sociaux. En parallèle, le candidat propose de mettre en place une réelle loi SRU 2 afin de rehausser le pourcentage des logements sociaux, qui passerait à 30 % (contre 25 % actuellement) dans les grandes aires urbaines.

Bon à savoir

Retrouvez les autres mesures des candidats à la présidentielles sur notre page dédiée.