Île-de-France : le logement social au cœur de la campagne régionale

Île-de-France : le logement social au cœur de la campagne régionale
partage(s)

Faut-il construire encore en Île-de-France ? La réponse coulerait de source tant la pénurie de logements paraît évidente. Pourtant, sur le logement social, Valérie Pécresse (LR) et Claude Bartolone (PS) présentent une analyse différente.

Construire des logements sociaux oui mais...

Sur la mobilisation de la construction de logements, l’étalement urbain contenu ou le soutien à l'accession à la propriété, un consensus se dégage chez les deux principaux candidats à la présidence de la Région. Un sujet les divise cependant, celui de la destination des aides dans le cadre du logement social. Valérie Pécresse entend financer un logement social plus orienté vers les classes moyennes. De son côté, Claude Bartolone assure que la Région Île-de-France ne subventionnera plus les mairies qui ne « se conformeront pas à leur obligation de construire des logements sociaux ».

L'Île-de-France doit construire 70 000 logements neufs par an

Si l’Etat, les communes et les intercommunalités ont la main en matière de logement, le Conseil régional est aussi concerné. Son rôle a en effet été renforcé dans le cadre de la loi NOTRe, lui donnant ainsi compétence « pour promouvoir [...] le soutien à l'accès au logement et à l'amélioration de l'habitat ». La Région sera donc amenée à financer des programmes de logement neufs.  L'État s’est fixé comme objectif de construire 70 000 logements par an dans la région, soit une hausse de 50 % par rapport à la production actuelle. Car il faut bien loger une population francilienne en hausse de 750 000 personnes entre 2007 et 2025, puis de 450 000 entre 2025 et 2040. 

Chiffres clés

Si aucune disposition est prise, 1,2 million de logements manqueront à l’appel, en 2030, en région Île-de-France. 

La rédaction vous conseille :