Redécoupage des régions : quel impact sur le prix de l’immobilier ?

Redécoupage des régions : quel impact sur le prix de l’immobilier ?
partage(s)

La réforme territoriale ne passe pas inaperçue et a pu, localement, réveiller des passions longtemps enfouies. Mais quelles conséquences peut-on prévoir sur les prix de l’immobilier lors du passage de 22 à seulement 13 régions administratives ?

Réduction du nombre de régions : un calendrier précis

Adopté lors d’un vote solennel de l’Assemblée nationale, le 25 novembre 2014, le projet de loi relatif à la délimitation des régions a occupé une bonne partie du débat public tout au long de l’année. Les différentes contestations ont pu être définitivement évacuées suite à la validation de la loi par le Conseil constitutionnel, le 15 janvier 2015.

L’entrée en application de la nouvelle carte des treize grandes régions administratives devrait être effective au 1er janvier 2016. D’ici là, un décret en Conseil d’État est censé régler un dernier détail, la désignation des nouvelles capitales.

Bon à savoir

Initialement prévues en Mars 2015, les élections régionales ont été décalées. Elles auront donc lieu avant la fin de l'année 2015, en tenant compte de la nouvelle carte des régions. 

Choix des capitales : que dit le marché de l’immobilier ?

Montpellier ou Toulouse, Caen ou Rouen, Lille ou Amiens… Et si le choix de chaque future capitale était déterminé par l’attractivité de son marché immobilier ? C’est en tout cas le postulat assez original d’une enquête publiée par le courtier en ligne meilleursagents.com, qui livre son propre pronostic en choisissant systématiquement pour capitale, la ville où le mètre carré est le plus cher.

Rouen Capitale Normandie
Rouen remporte le match de l'attractivité immobilière face à Caen

Dans le cas de la fusion entre Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées, c’est Montpellier (2 974€/m²) qui l’emporte d’une courte tête contre Toulouse (2 932€/m²). En Normandie, un même mouchoir de poche permet le couronnement de Rouen (2 299€/m²) face à sa grande rivale, Caen (2 255 €/m²).

Zoom sur Clermont-Ferrand

Actuellement valorisé en moyenne à 1 932€, le coût du mètre carré à Clermont-Ferrand est déjà très compétitif. Toutefois, cette valorisation pourrait encore se déprécier à compter de 2016. En effet, l'hypothèse la plus probable, serait que l’ancienne capitale de la région Auvergne, s’incline face à Lyon dans le choix de la capitale de la future région Rhône-Alpes Auvergne. Les déménagements de certaines entreprises se solderaient alors par le départ simultané de leurs salariés et un afflux de biens à vendre. Une situation enviable pour les acheteurs, mais que les propriétaires actuels sont en droit de redouter.

Capitales confortées ou déchues : quelles conséquences sur l’immobilier ?

Selon les professionnels de l’immobilier et certains cabinets de notaires, le choix de la capitale, notamment dans les cas où deux villes d’importance similaire s’opposent (Montpellier/Toulouse, Caen/Rouen, Metz/Strasbourg…), devrait entraîner chez la « gagnante » un phénomène d'accélération de la métropolisation, avec des prix qui s’apprécieront en proportion. La « perdante », privée de son aura régionale, risque à long terme de subir une légère perte d’attractivité, entraînée par le départ de ses activités économiques à plus forte valeur ajoutée.

Même s’il est déjà possible de dresser des projections plus ou moins optimistes selon les cas, il paraît bien difficile de prédire, aussi longtemps à l’avance, le comportement des propriétaires de biens immobiliers dans les villes concernées.

Les points clés à retenir

  • Au 1er janvier 2016, la France ne comptera plus que 13 régions administratives au lieu de 22.
  • Ces rassemblements impliquent la sélection de nouvelles « super-capitales » régionales.
  • Selon leur sort, les villes régionales connaîtront sans doute une appréciation ou une dépréciation de leur marché immobilier.

La rédaction vous conseille :