Impôts locaux : Lille et Toulouse ont la main lourde avec leurs contribuables !

Impôts locaux : Lille et Toulouse ont la main lourde avec leurs contribuables !
partage(s)

Avec + 23,3 %  à Lille et  + 11,5 % à Toulouse, ces villes décrochent les deux  premières places pour leur hausse des impôts locaux, en 2015, dans les communes et intercommunalités de plus de 100 000 habitants.

Les impôts locaux augmentent fortement à Lille et à Toulouse

Les communes qui n’ont pas hésité à activer le levier fiscal pour faire face à leurs dépenses : Toulouse, en la matière, fait dans le spectaculaire avec une taxe d'habitation en hausse de 11,5 %, dépassant Lyon (+4,2 %), Bordeaux (+3,7 %) et Marseille (+3,3 %). A Lille, la taxe foncière sur les propriétés bâties a flambé de 23,3 %. Un œil sur le classement des taux d’imposition à la fin de l’exercice 2015 : Paris et Boulogne-Billancourt (92) proposent la taxe d’habitation la moins élevée, à respectivement 13,38 % et 17,87 %. A Nîmes et Perpignan, la proportion des exonérations, des dégrèvements et des plafonnements dépasse les 70 %. Des chiffres qui s’expliquent par le fait que les exonérations totales de la taxe d’habitation ne sont accordées qu’aux personnes remplissant des conditions de ressources particulières, à savoir les ménages modestes.

Bon à savoir

Paris et Boulogne-Billancourt présentent la taxe d’habitation la moins élevée des villes de plus de 100 000 habitants avec respectivement 13,38 % et 17,87 %. 

+1,8 % d'augmentation en moyenne sur la taxe d'habitation & foncière

Le Forum pour la gestion des villes et des collectivités territoriales s’est penché sur les contributions de taxe d’habitation et de taxe foncière acquittées par les contribuables des 41 villes de plus de 100 000 habitants. Depuis trois ans, sur ce front-là, c’était plutôt l’accalmie. Les taxes « ménages » ont augmenté en 2015 de 1,8 %. Une progression moins importante que celle observée au même moment lors du précédent cycle municipal (+ 5,1 % en 2009) mais plus prononcée qu’en 2002 (+ 0,6 %). Sur les 41 villes ou groupements de communes analysés de plus de 100 000 habitants, 15 ont augmenté leur taux en 2015, soit plus du tiers (37 %). En 2002 et 2009, les villes, dans le même cas, étaient 29 % et 68 %. Autres paramètres : 56 % des collectivités ont décidé de maintenir leur taux, 7 % les ayant diminués.

Bon à savoir

En France, il y a 41 communes de plus de 100 000 habitants.

La rédaction vous conseille :