L’immobilier de luxe parisien à nouveau convoité

Les français retrouvent le chemin de la belle pierre. © Loft parisien
partage(s)

Après une sévère chute entre 2011 et 2014, le marché de l’immobilier haut de gamme parisien redémarre. Les Français se positionnent à nouveau tout comme les acquéreurs américains ou moyen-orientaux.

Depuis 2011, le segment de l’immobilier de luxe parisien a connu une descente vertigineuse que ce soit sur les biens compris entre 1 et 2 millions d’€ ou au-delà. Les Français avaient déserté le marché : l’élection présidentielle de 2012 et l’annonce d’une fiscalité pénalisante les avaient poussés à fuir à l’étranger et à mettre leurs biens en vente. En chiffres d’affaires, sur le périmètre Paris, Neuilly, Boulogne, Saint-Cloud, les notaires indiquent :

  • 15 % soit 2,412 milliards d’€ en 2014 contre 2,843 milliards d’€ pour les biens compris entre 1 et 2 millions d’€
  • 35 % soit 1,228 milliards d’€ en 2014 contre 1,887 milliards d’€ pour les biens supérieurs à 2 millions d’€

2015 : un rebond des ventes sans hausse de prix

Le groupe Féau et son réseau international Christie’s Real Estate, spécialiste du créneau de l’immobilier de luxe, note au premier semestre 2015, une nette inversion de tendance. Après un premier trimestre donnant des signes de reprise, le second trimestre affiche un vrai redémarrage. Pour le groupe, les promesses de vente ont augmenté de 15 % au premier trimestre et de 38 % au second par rapport à la même époque en 2014.

Ce rebond ne s’accompagne pas d’une hausse de prix. La baisse des prix sur ce marché a eu lieu, de l’ordre de 15 %. Cette baisse est désormais terminée. Pour autant, les prix ne remontent pas. Et le rapport de force entre acquéreur et vendeur se rééquilibre ».

Charles-Marie Jottras, Président du groupe Féau

Les quartiers parisiens les plus touchés redémarrent en premier

Le XVIe Nord, Auteuil, Neuilly avaient été durement frappés, désertés par des familles fuyant à l’étranger ou attendant que les prix s’érodent. La baisse n’étant plus à l’ordre du jour, les acquéreurs passent à l’acte. Et d’ailleurs, le stock, véritable instrument de mesure du marché, se résorbe. Trois facteurs expliquent la reprise :

  • La baisse des prix, de l’ordre de 15 % en moyenne sur le haut de gamme depuis 2012.
  • La baisse des taux. On peut désormais emprunter à moins de 2 % en taux fixe.
  • La baisse de l’Euro. Les acquéreurs étrangers venant majoritairement des pays hors zone Euro.

Bon à savoir

Un appartement de 300 m² avec chambres mais sans vue particulière, sans jardin et sans terrasse et dans son jus peut se décrocher autour de 7 500 €/m² dans le 16e. A l’inverse, Pont de l’Alma, un étage élevé avec vue sur la Seine et avec gros travaux peut atteindre 15 000 €/m².

Le retour des Français dans l'immobilier de luxe

L’étude réalisée par Féau montre que les Français reviennent en force sur le marché supérieur à 2 millions d’€. 86 % des acquéreurs sont des résidents français au premier semestre 2015 contre 73 % en 2012. 14 % sont étrangers contre 27% en 2012. Le Proche et Moyen-Orient mènent le jeu (32 %), suivis par l’Europe (23 %), l’Amérique du Nord (19 %), la Russie (10 %), l’Asie (6%), l’Afrique (3 %). 

La rédaction vous conseille :