La rénovation du Grand Palais coûtera 436 M€

La rénovation du Grand Palais coûtera 436 M€

A Paris, le Grand Palais, magnifique monument historique, fêtera prochainement ses 116 ans. Un âge canonique qui impose un grand lifting dont la durée s’étalera sur deux ans a minima. 

Le début des travaux du Grand Palais est prévu pour 2020

D’importants travaux de rénovation, qui réclameront la fermeture totale de l’établissement pendant deux ans,  auront lieu, l’objectif étant de « faire entrer pleinement le monument dans le XXIe siècle », comme le confie sa présidente Sylvie Hubac à l’AFP. Au final, le chantier durera quatre ans et coûtera 436 M€. L’Etat en sera le principal financeur (200 millions d’euros de dotation en capital, le reste sous forme de subvention du ministère de la Culture). Le Grand Palais bouclera le financement (150 millions), à travers un emprunt d’une durée de 30 ans. Le schéma directeur de rénovation du bâtiment, concocté depuis 2010 par Jean-Paul Cluzel, le prédécesseur de Mme Hubac, a reçu la bénédiction du gouvernement en février.

Retrouver la « splendeur » du Grand Palais

L’objectif de ce réaménagement ambitieux est d’élargir la capacité d’accueil du public. Construit à l’occasion de l’Exposition universelle de 1900, « le Grand Palais a été maltraité au fil du temps ». « Il a été cloisonné, morcelé, occupé par diverses administrations dont certaines sont encore un peu là », explique Mme Hubac à l’AFP. « Il s’agit de retrouver la splendeur et les volumes d’origine du bâtiment, de le décloisonner, de rétablir ses circulations qui sont devenues illisibles », poursuit-elle. Et d’affirmer : « Nous allons en profiter pour faire de ce bâtiment du XXe siècle un bâtiment aux normes du XXIe siècle, totalement ancré dans la modernité, avec des fonctionnalités d’aujourd’hui ».

Bon à savoir

En 2024, le Grand Palais sera donc plus fonctionnel. Sa rénovation permettra d’utiliser les douze galeries, de redonner vie aux circulations sur les balcons actuellement fermés, mais aussi d’augmenter la capacité d’accueil du bâtiment de 30 %.