Marre de votre logement social à Toulouse ? Echangez-le sur Internet !

Marre de votre logement social à Toulouse ? Echangez-le sur Internet !
partage(s)

Plutôt que d’attendre qu'un logement social se libère, bailleurs sociaux et plates-formes d’échanges se mettent en place sur Toulouse pour permettre aux locataires d'échanger directement leur appartement.

Logement social, les échanges fleurissent sur Internet

Internet est le lieu de tous les possibles… notamment en matière d’immobilier où les mutations des pratiques opèrent à grande vitesse. A Toulouse, comme dans d’autres villes françaises, les échanges fleurissent sur différents sites. En Haute-Garonne, des bailleurs sociaux comme Toulouse Habitat gèrent en interne des bourses d’échanges. Et face à un marché potentiellement élevé, des plates-formes naissent pour jouer les intermédiaires entre particuliers. A ce jour, seuls 2 % des bailleurs sociaux disposent d’une plate-forme digne de ce nom, assure Abdellah Krimi, l’un des fondateurs du site Lokalok, interrogé par le site d’informations, Côté Toulouse. Son site met en relation deux locataires dans le parc social et les aide à monter le dossier d’échange. Un accompagnement utile que d’autres sites, qu’il juge plus « bancals », ne proposent pas.

Bon à savoir

Pour échanger un logement, le locataire laisse son numéro et attend qu’un autre manifeste son intérêt, sous le contrôle juridique du bailleur. Lorsqu’un rapprochement se fait, une commission de Toulouse Habitat examine le dossier avant de rendre son verdict dans un délai d’un mois. Une page Facebook a été créée à cet effet pour informer les locataires susceptibles d’être intéressés.

Des plates-formes numériques capables de mettre en relation les locataires

En bon ambassadeur de la solution qu’il propose, Abdellah Krimi met en avant la rapidité du service qu’il propose. Grâce au système d’algorithmes mis en place, le site « match » les profils enregistrés et flèche les demandes vers les propositions correspondantes. Il souhaiterait « vendre » ce projet aux bailleurs sociaux intéressés. L’échange ne se fait pas sur un claquement de doigts : il respecte les règles en vigueur dans l’attribution des logements sociaux. L’échange ne peut se faire qu’au sein du même bailleur, les ressources doivent être identiques et sont d’ailleurs réexaminées du passage du logement à l’autre, la composition familiale doit être identique. Il ne s’agit donc pas de contourner les obstacles hélas connus de la mobilité résidentielle au sein du parc social.

Bon à savoir

1,7 million de personnes sont en recherche d’un logement social en France. Parmi elles, 500 000 y vivent déjà mais ont exprimé le souhait de changer de lieu d’habitation.