A Roubaix, offrez-vous une maison à réhabiliter pour 1 euro !

A Roubaix, offrez-vous une maison à réhabiliter pour 1 euro !
partage(s)

La mairie de la ville Roubaix, dans le département du Nord, a annoncé le lancement, en 2018, d'un dispositif de vente de maisons à 1 € contre réhabilitation. Objectif : lutter contre les logements fantômes.

18 maisons mises en vente, dès 2018, à Roubaix, pour 1 €

A partir du début de l’année 2018, la ville de Roubaix, située dans le département du Nord et la région des Hauts-de-France, va mettre en place un dispositif de vente de maisons à 1 €. La mairie précise que les 18 premières maisons mises en vente sont localisées « dans les différents quartiers de la ville » avec des tailles de logements « hétérogènes ». « Deux ans après avoir proposé l'idée de vendre des maisons à un euro à réhabiliter pour lutter contre les problématiques d'adéquation entre logements vacants et demandes de logements, la ville de Roubaix lance opérationnellement son projet », indique la mairie dans un communiqué. L'appel à candidatures débutera en 2018, avec attribution des logements pour un démarrage des travaux, qui devront durer 1 an, à partir de juin. La commune de Roubaix, qui comptabilise 95 000 habitants, précise que cette expérimentation, qui s'inspire d'une opération réalisée à Liverpool, « reste unique en France ».

Roubaix : 40 000 logements vacants dans l’agglomération

La MEL (Métropole européenne de Lille) estime qu'il existe 40 000 logements vacants sur son territoire, principalement à Lille, Roubaix et Tourcoing, alors que plus de 40 000 ménages sont en demande de logement social.

Un dispositif pour acheter un logement réservé aux primo-accédants

Pour pouvoir espérer acquérir l’une des 18 maisons mises en vente, il faut être primo-accédant, s'engager sur un budget de réhabilitation conforme aux estimations, travailler et vivre à Roubaix ou sur le territoire métropolitain et avoir une composition familiale adaptée au logement souhaité. De plus, l'acheteur devra obligatoirement occuper le logement en tant que résidence principale pendant 6 ans, réaliser les travaux de rénovation et reverser une quote-part à la plus-value pendant six années. Le coût prévisionnel de la concession est supérieur à 750 000 €, avec des financements de l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU), de la région des Hauts-de-France, de la ville et de la Métropole européenne de Lille (MEL). « Il est important de redonner une dynamisation à ces quartiers, c'est pour cela que nous avons ces politiques des maisons à un euro, pour éviter d'avoir ces maisons abandonnées et murées », a expliqué à l'AFP Damien Castelain, président de la MEL.

Ce projet constitue un nouveau modèle de valorisation du patrimoine : là où on aurait tout simplement rasé certaines maisons pour reconstruire du neuf, on se laisse l'opportunité de conserver et de rénover ». 

Guillaume Delbar, maire LR de la ville de Roubaix.