[VIDEO] « Proche de Paris, prix accessibles, Colombes est une ville où il faut investir »

partage(s)

Fabien Gallois, responsable et directeur associé de l'agence Les Agents de l’Immobilier de Colombes, dresse un portrait du marché immobilier de la commune. Focus sur l'une des villes les plus accessibles des Hauts-de-Seine.

Se Loger. Pourquoi acheter un bien immobilier à Colombes ?

Fabien Gallois. Si les raisons sont assez nombreuses, on va noter en particulier la proximité de Paris. Les quatre gares de Colombes mènent à Saint-Lazare en 12 minutes à peu près. Pour les quartiers ouest, il y a également le T2 qui mène à La Défense en moins de 15 minutes, et dans un futur proche il y aura le T1, qui permettra de rejoindre soit le métro de Courtilles, soit le T2, toujours pour rejoindre La Défense. L’attractivité des prix tient aussi une grande place : Colombes reste l’une des communes les plus accessibles des Hauts-de-Seine aujourd’hui.

Quel est votre sentiment sur les prix de l’immobilier à Colombes ?

Le prix moyen au m² sur Colombes s’établit entre 4 500 et 5 000 € en fonction de la typologie du bien, de son état et de sa localisation. Néanmoins, il faut être extrêmement vigilant sur Colombes puisque la ville est fortement sectorisée. Les quartiers nord comportent typiquement des appartements de 90 m² avec 4 à 5 pièces au prix de 180 000 €, et pour le même budget, en centre-ville, on s’établira plutôt sur des appartements de 3 à 4 pièces avec une surface de 45 m². En résumé, si l’on regarde vraiment le prix au m², les quartiers nord se touchent avec un prix au m² de 2 000 €, et les quartiers sud, les plus prisés, se situent entre 5 000 et 6 000 € du m² pour certains biens d’exception.

Colombes : des quartiers trés cotés

Un programme neuf mis en vente très récemment dans le quartier des Vallées s’est négocié à 8000 € du m².

Quels sont selon vous les quartiers les mieux cotés de Colombes ?

Il s’agit des quartiers sud, c’est-à-dire les quartiers des Vallées, de La Petite Garenne et Hoche, qui bénéficient d’une image très positive et d’une cartographie scolaire favorable. Les bonnes affaires y sont plus difficiles à trouver aujourd’hui puisque la demande y est extrêmement importante et l’offre très faible. Les prix sont également inflationnistes car le prix au m² peut aller jusqu’à 6 000 €. Néanmoins, ces quartiers restent plus abordables que des quartiers similaires dans les communes voisines. Pour citer un dernier exemple de prise de valeur dans ces quartiers, un programme neuf mis en vente très récemment dans le quartier des Vallées s’est négocié à 8 000 € du m².

A l'opposé, quels sont les secteurs à potentiel sur Colombes ?

Les secteurs évolutifs à Colombes sont les quartiers nord, qui bénéficieront de la prolongation de la ligne de tram T1. Dans les zones pavillonnaires comme le quartier du Plateau, un pavillon de 90 m² composé de 4 à 5 pièces se négocie aux alentours de 450 000 €, alors que la même prestation dans des quartiers un peu plus prisés s’établit aux alentours de 700 000 €. Les zones à densité plus forte, et plus particulièrement les quartiers de l’Europe et Stalingrad, vont bénéficier également du T1. On y négocie aujourd’hui des appartements aux alentours de 2 000 à 2 500 € du m² ; des prix qui devraient évoluer à la hausse, d’autant plus que ces quartiers sont en pleine restructuration urbaine en partie du fait de l’arrivée des J.O. en 2024 sur Colombes.

Avez-vous quelques conseils à donner aux investisseurs immobiliers intéressés par Colombes ?

Le premier conseil est de s’ouvrir sur les quartiers en devenir, qui détiennent une plus faible attractivité aujourd’hui et sur lesquels on a des difficultés à faire venir des clients. Les bonnes affaires y sont présentes. Le second conseil est de rester en veille très active sur le marché, qui souffre d’un déficit d’offres avec une demande extrêmement élevée. Certains biens n’ont même pas le temps d’être mis en publicité qu’ils sont déjà vendus. S’assurer d’une veille active, c’est s’assurer d’une présentation des biens et de faire de bonnes affaires. Enfin, mieux vaut faire appel à un professionnel. Encore une fois, offre et demande sont aux antipodes et la tendance est fortement inflationniste sur le marché. En appeler à un professionnel, c’est s’assurer soit d’un prix de vente raisonnable, soit d’une vente faite dans les bonnes conditions.

Colombes : quartier en devenir vs. quartier prisé

Dans le quartier du Plateau, un pavillon de 90 m² composé de 4 à 5 pièces se négocie aux alentours de 450 000 €, alors que la même prestation dans des quartiers un peu plus prisés s’établit aux alentours de 700 000 €.

Investissement locatif et rentabilité sur Colombes, votre avis ?

La demande locative est également extrêmement forte sur Colombes. La ville bénéficie d’une très bonne attractivité, comme pour la vente, ainsi que de loyers relativement modérés. Aujourd’hui sur Colombes, on arrive à dégager des rendements qui s’étalent entre 5 et 6 %, ce qui reste très intéressant pour les investisseurs, qu’ils soient particuliers ou professionnels. La typologie des logements est assez large : qu’il s’agisse d’une cible familiale ou primo-accédante, la demande est là.

Quels sont les délais de négociation moyens sur Colombes

La sectorisation est ici aussi extrêmement importante, typiquement sur les quartiers qui ont le vent en poupe. On note ainsi des délais extrêmement courts, allant jusqu’à 2 semaines maximum entre la mise en vente et la fin de la négociation. Au contraire, sur des quartiers moins prisés, plus populaires, les délais s’allongent et en fonction des biens et des copropriétés, les délais peuvent aller jusqu’à 3 mois.

Vous recherchez un bien ? L'agence "Les Agents de l'immobilier" de Colombes est à votre disposition

Fabien Gallois - directeur associé du réseau « Les Agents de l'Immobilier »
Fabien Gallois - directeur associé du réseau « Les Agents de l'Immobilier »
Fabien Gallois est spécialisé dans la transaction et la location sur le secteur de Colombes et des Hauts-de-Seine.
La rédaction vous conseille : 
Colombes est une ville idéale pour investir dans l'immobilier locatif
La ville de Colombes préfère un parking à une « ferme urbaine »