Xavier Niel s’offre un hôtel parisien pour 31 M€

Xavier Niel s’offre un hôtel parisien pour 31 M€

Le fondateur de l'opérateur Free, domicilié dans le célèbre Palais Rose, est le nouveau et heureux propriétaire d’un hôtel particulier, composé de 15 appartements, situé sur la place des Vosges, à Paris.

La dernière folie immobilière de Xavier Niel

La richesse repousse toujours plus les limites du possible. Xavier Niel en sait quelque chose. Le magnat des télécoms, qui a déjà investi des millions d'euros dans des projets très éclectiques, comme la très anticonformiste école de l’informatique, Ecole 42, qui vise à « révolutionner l'enseignement supérieur aux États-Unis », joue aussi sur le terrain de l’hôtellerie de luxe. Après avoir dépensé une vingtaine de millions d’euros pour mettre la main sur la Villa Mazarin, un hôtel 4 étoiles de 29 chambres, dans le Marais, à Paris, le fondateur de Free a racheté fin mai l’hôtel Coulanges (2 000 m²) pour la somme rondelette de 31,5 M€. 

Bon à savoir

Situé place des Vosges (IVe), l’une des plus anciennes de la capitale, l’hôtel Coulanges est classé aux monuments historiques.

Xavier Niel a promis de conserver l’hôtel Coulanges pendant 15 ans !

Cet hôtel a une histoire : sa dernière propriétaire ayant rejoint une maison de retraite, le lieu était resté inoccupé pendant des mois, puis squatté par les militants de Jeudi Noir pour dénoncer la persistance du phénomène de vacance des logements parisiens. Ses héritiers ont confié à Challenges qu’ils n’avaient pas les moyens de payer les droits de succession de la prestigieuse bâtisse pour la conserver, imposant cependant au futur acheteur l’obligation que l’hôtel ne soit pas vendu à la découpe. Pour Xavier Niel, la concurrence fut rude. S’il a remporté la mise, c’est parce qu’il s’est engagé à garder le bien dans son patrimoine familial pendant au moins 15 ans, explique le magazine.

Bon à savoir 

L’entrepreneur habite aujourd’hui dans le célèbre Palais Rose, un somptueux hôtel de 800 mètres carrés, du quartier de la Muette (XVIe), dont il est devenu propriétaire, en 2005, pour 11 millions d’euros.

La rédaction vous conseille :