Acheter à Miami en Floride : un rêve accessible

Comme New York, Miami est une ville qui ne dort jamais. © SeanPavonePhoto - Fotolia
partage(s)

De superbes immeubles qui dominent Biscayne Bay, une vie grouillante jour et nuit, des quartiers en plein développement et des prix qui défient toute concurrence : 5 000 €/m². Autant de raisons pour se laisser tenter par Miami, la capitale de la Floride.

Miami Vice, les Experts…des séries télévisées qui ont fait découvrir la ville avec ses buildings qui s’élancent sans fin dans le ciel, ses plages, ses hôtels luxueux et ses yachts. Miami figure au Top Ten des villes abritant les plus grandes fortunes mondiales. Mais contrairement aux apparences, Miami n’est pas une ville où l’on ne fait que la fête. Elle n’est pas non plus qu’une ville vivant de tourisme, même si elle se positionne comme 1er port de croisière mondial. Miami est une vraie ville d’affaires aux secteurs économiques diversifiés : aviation, santé et recherche, défense, services financiers, logistique et transports.

Il y a encore de bonnes affaires à réaliser

Miami s’est pris de plein fouet la crise des subprime de 2008. Les valeurs avaient alors chuté de 50 %. Aujourd’hui, le marché s’est complètement assaini et s’anime. Les ventes sont d’ailleurs reparties, en 2013, 30 000 logements, dont plus de la moitié en appartements, soit +8 % par rapport à l’année précédente. Par ailleurs, de nombreuses tours neuves sont en construction ou en projet. Comparé au pic de 2007, juste avant la fameuse crise, les prix sont aujourd’hui à -36 %.

Le prix de l'immobilier est au même niveau que Lyon

Le redressement est continu depuis trois ans et les prix s’apprécient chaque année de 6 à 7 %, soit une hausse de 18 à 21 % sur 3 ans. Mais ils restent très abordables puisque  qu’ils oscillent entre 4 000 et 5 000 €/m², ce qui est loin d’être le prix d’une grande métropole étrangère, et qui équivaut, en France, au niveau des prix de Lyon »

Alexander Kraft, Président de Sotheby’s Realty France et Monaco

Autant de quartiers que de modes de vie

Ville en plein essor économique, artistique et culturel, la ville aux 80 parcs et jardins  compte de nombreux quartiers aux ambiances très différentes.

  • Brickell, quartier d’affaires, ambiance citadine

Des appartements de luxe avec vue sur le fleuve et la baie , des hôtels de renommée internationale (Mandarin, Four Seasons, Marriot), des restaurants, de nombreux sièges d’entreprises… et ce n’est pas fini puisqu’en 2016, ce quartier Midtown adossé au centre ville va terminer sa mutation avec un immense centre commercial de 1 200 boutiques, des salles de cinéma, un complexe touristique, des musées, le nouveau stade de football de David Beckham, des immeubles de bureaux et de logements. Dans la résidence SLS Lux, avec piscine sur le toit, spa en terrasse,  salle de sports, courts de tennis et vue sur la baie,  le m² démarre à 4 200 €.

  • Edgewater, le luxe en plein boom

Proche de Miami Beach,  dans le Midtown, Edgewater abrite l’Opéra, le musée d’Art Moderne et poursuit sa mutation notamment dans sa partie est, en front de baie avec le lancement de multiples tours de bureaux et de logements. Parmi les nouveautés les plus spectaculaires, la tour « One Paraiso » avec vue sur la Baie, un Beach Club, une Marina et un Yacht Club, des courts de tennis, des prestations cinq étoiles, un restaurant haut de gamme… le tout pour seulement 5 500 €/m².

  • Coconut Grove, South Miami : luxuriant et familial

Situé au sud de Brickell et au bord de Biscayne Bay, Coconut Grove est un quartier résidentiel, calme et aéré  avec des grands parcs et jardins et familial avec maisons et écoles. Encore plus au sud, mais ne donnant pas directement sur l’Océan, quelques quartiers comme South Miami ou Coral Gables affichent un habitat plus traditionnel avec des maisons de 140 à 220 000 m², piscine et 500 m² de jardin à vendre entre 320 000 et 400 000 €.

  • South Beach : Arts Déco et plages

 Face à Edgewater, c’est le quartier mythique de la pointe sud de Miami Beach. Plus de 800 immeubles y ont été construits dans les années 30 et 40. Après avoir été un quartier pour familles aisées dans les années 40 puis un des repaires de la mafia dans les années 50 immortalisé par le film « Scarface », il est aujourd’hui très tendance avec ses murs colorés, ses éclairages aux néons, ses boutiques loufoques. Malheureusement, peu de biens s’y échangent.

Comment acheter et financer votre bien ?

En Floride, la vente d’un bien immobilier ne passe pas par un notaire. Elle peut se faire par un agent immobilier. L’acquéreur peut aussi se faire assister par un avocat qui prend environ 1 500 €. Les frais liés à l’achat évoluent entre 1 et 2 % du prix de vente et les impôts fonciers approchent les 2 % par an du prix du bien. 

Vous pouvez emprunter jusqu’à 70 % au travers de crédits hypothécaires. Mais la banque dépêche ses experts pour estimer la valeur du bien, fait une enquête poussée sur votre train de vie et vous demande de prendre une assurance de titre de propriété qui devra être obtenue avant la signature du contrat. Souscrire un prêt en France s’avère plus simple. Et moins onéreux.

Bon à savoir

Côté revente, aux USA, la plus-value est taxée à 15 % à partir de la 1 ère année de détention, sauf réemploi de ce gain dans l’immobilier. En France, tout dépend de la durée de détention de votre bien. Et compte tenu de la convention franco-américaine et de la non-double imposition, vous devez choisir la solution qui vous est la plus bénéfique.

Merci à Adam Redolfi du groupe Barnes pour la réalisation de ce dossier.