Les 5 questions à vous poser avant d'acheter votre logement

Les 5 questions à vous poser avant d'acheter votre logement
partage(s)

Vous souhaitez devenir propriétaire ? Vous êtes à la recherche du logement idéal ? Avant de jeter votre dévolu sur un bien immobilier, mûrissez votre réflexion et posez-vous les bonnes questions.

1. Où acheter votre logement ?

La question de la localisation du logement est évidemment primordiale. Pour les professionnels de l’immobilier, c’est même le critère numéro 1 ! Pour acheter à petit prix, les biens éloignés des grandes villes, commerces et transports défient toute concurrence. Toutefois, ne cibler que ce type de biens bon marché n’est pas forcément la solution la plus économique. En effet, le coût important des déplacements (frais de carburant, d'entretien du véchicule) peut lourdement impacter votre budget. Si vous souhaitez acheter pour louer, préférez un lieu que vous connaissez déjà. Votre ville de résidence, par exemple. En revanche, mieux vaut éviter les endroits mal desservis ou les fortes concentrations de logements sociaux. Ainsi, vous maximiserez vos chances de louer rapidement !

Conseils SeLoger

Pour faciliter votre recherche de bien immobilier, SeLoger innove et met à votre disposition un précieux outil de géolocalisation.

2. Privilégier un bien immobilier neuf ou ancien ?

Entre le cachet incomparable de l’ancien et le confort et la modernité du neuf, votre cœur balance ? En matière d’achat immobilier, il n’y a pas vraiment de règle. Le choix entre ancien et neuf est bien souvent une affaire de goût, avant tout ! Toutefois, quelques points peuvent influencer votre choix... D’un côté, les biens anciens sont proposés à des prix 15 à 20 % moins chers que les neufs et vous pouvez y installer rapidement, mais il faut souvent prévoir des travaux de rénovation et des dépenses parfois importantes en énergie. Enfin, les frais d’acquisition sont généralement plus élevés : 7,5 % en moyenne. Concernant le neuf, ces frais sont d'environ 2,5 %. De plus, investir dans le neuf vous exonère de taxe foncière durant vos deux premières années d’habitation.

Bon à savoir

L'immobilier neuf et l'ancien ont chacun des arguments à faire valoir et dans l'absolu il n'existe pas de « meilleur choix ». La décision se fait au cas par cas.

3. Comment financer l'achat de votre logement ?

Pour devenir propriétaire, l'étape du financement de votre achat est une phase clé. D'abord, il vous faut calculer le montant de votre apport personnel. Evidemment, plus il est conséquent, plus votre banque vous fera les yeux doux. Il est également crucial de déterminer votre capacité d'emprunt, autrement dit le montant que vous pouvez vous permettre d’emprunter. En règle générale, cette somme ne doit pas aller au-delà de 33 % de vos revenus afin de ne pas dépasser le fameux seuil d’endettement. A ce stade, il ne faut surtout pas oublier de prendre en compte l'ensemble de vos dépenses courantes et vos crédits déjà souscrits.

Bon à savoir

Pour vous aider à acquérir votre bien, vous pouvez bénéficier différentes aides. PTZ, prêt épargne logement, prêt d’accession sociale ou encore prêts accordés aux fonctionnaires sont autant de pistes à explorer pour votre financement.

4. Faut-il passer par une agence immobilière ?

S'attacher les services d'un agent immobilier ? S'en passer pour réaliser des économies ? La question se pose souvent. Cependant, passer par une agence vous permet de vous mettre à l’abri d’éventuels problèmes juridiques et autres litiges procéduraux qui surviennent parfois dans le cadre de ventes entre particuliers. Un professionnel se doit, par exemple, de déceler les défauts d'un logement, car il est tenu responsable en cas de vice apparent ou caché. Même si le vendeur l’est aussi, dans les faits, la justice se montre souvent clémente avec les non professionnels. Enfin, les conseils d’un expert immobilier peuvent vous être utiles à tous les niveaux et vous aider à accélérer vos démarches. Enfin, si vous êtes indécis quant au bien que vous recherchez, un agent immobilier peut effectuer des recherches à partir de vos critères et vous soumettre plusieurs propositions, en plus de se charger des négociations.

5. Comment négocier le prix de sa future maison ?

Une fois que vous avez trouvé le bien de vos rêves, la rude phase des négociations peut enfin s'ouvrir. Pour bien vous y prendre, pensez à étudier les prix pratiqués sur le marché local concernant les transactions de biens équivalents. Ainsi, vous aurez une idée de votre marge de manœuvre lors de la discussion du prix. Autre élément capital : la date de publication de l'annonce. Si celle-ci a plus de 3 mois, c'est un signe encourageant en vue de convaincre le vendeur de faire un effort. Enfin, si le bien que vous convoitez présente des défauts, n'hésitez pas à les souligner pour faire baisser le prix.

Conseils SeLoger

Cependant, toutes ces astuces lors de la phase de négociation doivent être utilisées avec mesure, la transaction devant se conclure à un prix raisonnable. Si vous abusez de ces méthodes, vous risquez de rompre immédiatement toute discussion.

La rédaction vous conseille :