Les clés pour bien choisir votre assurance habitation

L’assurance habitation n’est obligatoire que pour les locataires d’un logement non meublé. ©P.Meunier
partage(s)

Dans la jungle des assurances habitation, il n'est pas toujours facile d'y voir clair. SeLoger vous aide à choisir le contrat le plus adapté à vos besoins.

Tout d’abord, sachez que l’assurance habitation n’est pas forcément obligatoire, bien qu’elle soit fortement recommandée. Seuls les locataires d’un logement non meublé sont tenus d’être couverts par une assurance habitation. En effet, en tant que locataire vous êtes responsable vis-à-vis du propriétaire des dommages que vous pourriez causer dans le logement. 

En revanche, les propriétaires n’ont pas l’obligation d’assurer leur logement. Toutefois, nous vous conseillons de souscrire au moins à une assurance qui inclut une garantie responsabilité civile, afin d’être assuré en cas de dommages causés par vous ou votre famille à des tiers.

Il existe des contrats minimums et des contrats plus complets

Dans chaque contrat, on retrouve des garanties essentielles, mais d’autres garanties optionnelles retiendront peut-être votre attention selon votre situation. Ne négligez pas certaines options qui peuvent se révéler indispensables, mais ne tombez pas dans le piège des assurances qui redoublent d’imagination pour élever vos cotisations.

Conseils SeLoger

Si vous ne souhaitez pas passer votre temps à demander des devis auprès de compagnies d’assurance diverses, pensez à vous rendre sur des comparateurs en ligne. Ils sont très précis et vous donneront une idée juste des compagnies d’assurance les plus adaptées à votre situation.

Les garanties essentielles pour une bonne assurance

Dans les contrats multirisques habitation, il y a un certain  nombre de garanties que vous retrouverez systématiquement, car elles constituent des garanties essentielles. On retrouve ainsi la garantie responsabilité qui prend en charge les dommages causés à des tiers de façon involontaire.

Ensuite, dès lors que votre contrat couvre des dommages, on retrouve pour le moins :

  • La garantie catastrophe naturelle : elle prend en charge les dommages dus  aux inondations, à la sécheresse et aux tempêtes dès lors qu’un arrêté interministériel est publié au journal officiel.
  • Les garanties incendie, inondation et tempête : elles couvrent les dégâts issus d’incendies, d’inondations et de vents violents.
  • La garantie dégâts des eaux : elle indemnise les dommages dus à des fuites, des débordements, des infiltrations d’eau.
  • La garantie bris de glace : elle prend en charge les bris de fenêtre, véranda, velux.

Les garanties  « secondaires »

On retrouve des garanties d’assurance dites « secondaires » qui sont en option mais qui peuvent s’avérer indispensables selon la situation de votre logement. Ces options sont à apprécier au cas par cas, mais elles méritent toute votre attention, car un oubli pourrait vous pénaliser en cas de sinistre. Parmi ces garanties, on retrouve :

  • La garantie vol : elle vous dédommage en cas de vol ou de tentative de vol.
  • La garantie dommage électrique : elle vous rembourse les dommages ayant pour origine un court-circuit, une surtension etc.
  • L’assistance : elle vous permet d'être relogé dans un hôtel après un sinistre, de trouver un serrurier, un plombier ou un électricien pour un dépannage d'urgence, etc.

Bon à savoir

Dans le domaine de l’assurance habitation, il existe également des courtiers, totalement indépendants. Ces derniers tiennent le rôle d’intermédiaire entre l’assuré et la compagnie d’assurance. Ainsi, non seulement ils se chargent de trouver l’assurance la plus proche de vos besoins, mais ils peuvent également négocier la hauteur de la prime et l’étendue des garanties.

Les 3 éléments à prendre en compte pour faire le bon choix

La présence de garanties optionnelles n’est pas un gage de bon remboursement, il ne faut pas oublier que d’autres facteurs rentrent en compte pour obtenir un contrat d’assurance optimisé.

1 - Ouvrez l’œil sur le montant de la franchise

La franchise, c’est le montant qui reste à votre charge en cas de sinistre. Les compagnies d’assurance la fixent librement, vous comprenez donc que les montants peuvent être extrêmement différents d’une compagnie à l’autre.

C’est à ce moment-là que vous devez vous montrer attentif, car certains contrats n’en prévoient pas, mais d’autres en prévoient d’importantes, et il peut souvent s’agir des contrats dont les cotisations sont les plus attractives.

2 - Evaluez le plus justement le montant de vos capitaux mobiliers

Au moment de souscrire à une assurance habitation, vous devrez estimer le plus justement la valeur de votre mobilier. Cela comprend l’intégralité du contenu de votre habitation, des meubles aux vêtements en passant par les œuvres d’art, les bijoux, l’électroménager, le high-tech… Plus la valeur de vos biens sera élevée, plus votre prime d’assurance le sera, elle aussi.

En revanche, ne trichez pas sur la valeur de votre capital mobilier, car si vous vous éloignez trop de la réalité, vous serez pénalisé en cas de dommages.

3 - Prenez le temps de lire les conditions particulières prévues au contrat

Avant de souscrire à une assurance, lisez attentivement des conditions particulières de vos garanties, car vous pourriez avoir des surprises si vous avez un jour besoin d’être remboursé. En effet, certaines assurances n'accordent le remboursement que sous certaines conditions. Par exemple, si vous vivez au rez-de-chaussée ou que vous possédez une piscine, votre compagnie d’assurance peut vous demander des installations spécifiques afin d’être remboursé en cas de sinistre. Il peut s’agir de barreaux aux fenêtres, d’un système d’alarme, de barrières…

Les points-clés à retenir

  • L’assurance habitation n’est obligatoire que pour les locataires d’un logement non meublé. Néanmoins, nous vous la recommandons quelle que soit votre situation, ne serait-ce que pour bénéficier de la garantie responsabilité civile.
  • Il y a, dans chaque contrat, des garanties minimums. On peut souscrire à des garanties optionnelles, celles-ci sont à apprécier au cas par cas.
  • Avant de faire votre choix, prenez le temps d’étudier le montant de la franchise, d’évaluer le plus justement le montant de vos capitaux mobiliers et lisez bien les conditions particulières prévues dans le contrat.