Vente immobilière aux enchères : la bonne idée pour acquérir une maison à un prix attractif

Vente immobilière aux enchères : la bonne idée pour acquérir une maison à un prix attractif
partage(s)

Les ventes immobilières aux enchères permettent généralement d'acquérir une maison à un prix attractif et de dénicher des biens qui échappent aux circuits traditionnels des ventes. Cependant, il est nécessaire d’être bien informé avant de se lancer. 

Pourquoi acheter une maison aux enchères ?

Très transparente, la vente immobilière aux enchères permet à l’acheteur potentiel d’avoir une bonne connaissance du bien immobilier et des conditions de vente, grâce à la consultation préalable du dossier et à la participation aux visites organisées avant le jour de la vente. La vente aux enchères offre une grande liberté puisque l’acheteur a le choix, par la suite, de participer ou non à la séance d’adjudication et d’enchérir sur le bien immobilier. Autre avantage de ce type de vente : c’est l’acquéreur (appelé adjudicataire) qui, en portant ses enchères, va fixer son prix dans la salle d’adjudication. Par ailleurs, les biens immobiliers vendus aux enchères sont souvent non accessibles par d’autres modes de vente et leur mise à prix est généralement fixée 30 % en dessous de la valeur d’estimation. Il est donc possible d’acquérir un bien immobilier rare (grande surface, architecture atypique, localisation recherchée…) à un tarif inférieur aux prix du marché.

Bon à savoir

Une vente aux enchères ne comporte ni condition suspensive d’obtention de prêt, ni délai de rétractation : l’acheteur devient donc propriétaire du bien immobilier dès le jour de la vente.

Les ventes aux enchères : accessibles à tous, même aux novices

Les ventes aux enchères ne sont pas réservées aux professionnels ou initiés. Cependant, les particuliers non avertis doivent savoir qu’une bonne préparation est essentielle pour dénicher « La » bonne affaire. La première étape consiste à consulter, avant la vente, les biens proposés aux enchères sur les sites spécialisés, les journaux ou auprès des notaires, et de comparer leur mise à prix aux tarifs du marché. Ensuite, il faut bien étudier le cahier des charges du bien, mis à disposition par les notaires, qui recense les travaux éventuels, les conditions de vente, etc. D'ailleurs, il ne faut pas hésiter à revenir plusieurs fois aux visites organisées avant le jour de la vente : 3 visites de 2 heures maximum sont autorisées. Le jour J, la vente débute sur la base de la mise à prix indiquée dans l'annonce. Les acheteurs vont alors proposer successivement un prix, à chaque fois plus élevé que le précédent : l'enchère est emportée au moment où il n’y plus de nouvelle offre de prix. 

Chiffre clé

Dans le cadre d’une vente aux enchères, l’acquéreur dispose de 45 jours, hors délai de surenchère, pour payer. Le non-paiement peut entraîner l’annulation de la vente.

Les différents types de ventes aux enchères pour acheter un bien immobilier

On distingue 3 types de ventes aux enchères :

  1. Les ventes notariales.
  2. Les ventes judiciaires.
  3. Les ventes domaniales.

Dans le cadre de ventes notariales, les biens sont vendus volontairement par les propriétaires, à une valeur initiale correspondant en général aux deux tiers de la valeur réelle (maximum 90 %). Elles se déroulent dans les chambres départementales des notaires. Les ventes judiciaires, elles, se déroulent dans les tribunaux de grande instance (TGI) et permettent souvent de réaliser les meilleures affaires, en raison d'une fréquentation moindre. Pour y participer, l’assistance d’un avocat est obligatoire car lui seul est autorisé à porter les enchères. A noter que les biens proviennent de saisies, de mises en liquidation ou de divorces. Enfin, de leur côté, les ventes domaniales ont lieu dans les préfectures ou dans les hôtels des impôts. Petite particularité : les biens vendus sont issus du patrimoine de l'Etat : locaux de services publics, casernes, propriétés, successions sans héritiers, etc.

Financement : que se passe-t-il en cas de non obtention du prêt ?

Si l'achat est financé par un crédit immobilier et que ce dernier n'est finalement pas accordé et empêche le paiement, le bien sera remis en vente. L'acquéreur devra alors assumer des pénalités.