Copropriété : maîtrisez mieux vos charges pour mieux les réduire

Copropriété : maîtrisez mieux vos charges pour mieux les réduire
partage(s)

C’est bien connu, les charges grimpent plus vite que l’inflation. Alors pour alléger la note, passez certains points au crible…

Chaque année, c’est le même constat : les charges de copropriété augmentent. Et même si les chiffres varient selon les sources, la tendance est toujours orientée à la hausse. Les chiffres donnés représentent une moyenne. En effet, en tant que copropriétaire, vous payez vos charges en fonction des tantièmes par lot et donc par surface. S’y ajoute aussi la notion d’usage notamment pour l’ascenseur : plus l’étage est élevé, plus la contribution du copropriétaire s’élève.

Chauffage, eau chaude ou froide : chassez le gaspi

Le chauffage et l’eau chaude sanitaire sont deux postes dévoreurs de charges. Votre surconsommation peut être liée à divers facteurs : mauvaise isolation, passoire thermique des huisseries, dérèglement d’une chaudière, eau chaude brûlante. Un degré de chaleur supplémentaire équivaut  à 7% de consommation supplémentaire. Coté eau froide, si vous notez une consommation anormale, traquez la fuite, soit dans les parties communes, soit dans votre appartement. Le goutte à goutte d’un robinet ou une chasse d’eau qui fuit coûte une petite fortune.

Bon à savoir

Avec la loi ALUR, les prestations courantes seront incluses dans un forfait de base. Les prestations particulières seront listées par décret. Ce décret sera amené à être actualisé une ou deux fois par an.

Honoraires du syndic : à décrypter

La loi pour l’accès du logement et à l’urbanisme rénové (ALUR) publiée au Journal Officiel du 24 mai 2014  comporte un volet réforme de la copropriété avec notamment une refonte des honoraires des syndics. Tant que les décrets de la loi ALUR ne sont pas sortis, les honoraires du syndic sont régis par l’arrêté Novelli* du 19 mars 2010.

*L’arrêté Novelli définit 45 tâches de gestion courante dans le forfait de base, les prestations particulières pouvant être facturées à part. Vous devez donc décortiquer soigneusement les prestations courantes et les prestations particulières.

Travaux : mettez les entreprises en concurrence

Toiture, ravalement, étanchéité, installation d’un ascenseur, mise aux normes, réfection d’une cage d’escalier, plantation ou élagage d’espaces verts… Pour grands ou petits travaux, vous devez obéir au même principe et exiger plusieurs devis. Votre syndic doit réaliser un cahier précis des travaux à réaliser, proposer plusieurs devis détaillés avec prestation, produits, prix unitaire des produits, taux horaire de la main d’œuvre, nombre d’heure, taux de TVA.

Contrats : déchiffrez-les et renégociez

Les contrats d’entretien et de maintenance ne manquent pas en copropriété : ascenseur, chauffage, ménage, sortie de poubelles, dératisation, VMC, espaces verts, assurances, etc. Par l’intermédiaire du conseil syndical, examinez les contenus de ces contrats pour voir si les prestations correspondent bien à la mission. Renégociez-les régulièrement entre 2 et 5 ans pour éviter une pression sur les tarifs.

Les points clés à retenir

Vous souhaitez maîtriser les dépenses de votre copropriété. La première chose à faire est d’intégrer le conseil syndical. Une fois dans la place, exigez de votre syndic d’établir plusieurs devis pour mettre les entreprises en concurrence lors de gros travaux et n’hésitez pas à renégocier tous les contrats d’entretien.