Angers : une ville à l’esprit jeune, pleine de projets

Angers : une ville à l’esprit jeune, pleine de projets

Second pôle universitaire de la région (derrière Nantes), Angers dénombre 40 % d’habitants âgés de moins de 30 ans. Accessible et agréable, « l’Athènes de l'Ouest »  représente un fort potentiel pour les propriétaires. Et aussi pour les investisseurs…

La mobilité au cœur de l’agglo angevine

Fourmillant de projets de développement urbain et écologique depuis la fin des années 90, Angers n’a pas fini d’attirer de futurs propriétaires. La rénovation continue des quartiers de la ville n’a pas pour autant délaisser un solide réseau routier et ferré pour l’agglomération. En effet, une ceinture de rocades alliée à la construction d’un tramway a permis de desservir des îlots d’habitations neufs comme anciens.  Les 12 kilomètres de tram desservent 57 000 habitants potentiels. 21 000 emplois se situent à proximité. Une nouvelle ligne (est-ouest) est en cours. Dès 2011, la Ville a également opté pour « Vélocité + », un service de vélos en libre service sur le principe du « Vélib’ ».

Un marché accessible et varié

Si Angers possède un imposant parc de logements sociaux (environ 30 %), le cœur de la troisième agglomération du Grand Ouest dispose d’une kyrielle de petits appartements. C’est d’ailleurs la seule ombre au tableau de l’immobilier angevin. Il y a trop d’offres de logements de petites tailles par rapport aux besoins locaux. Cela étant, sur ses 4 600 hectares, les biens familiaux ne manquent pas à Angers. Toit pentu en ardoise et maison à étages avoisinant 110 m2 représentent la majorité des transactions. Côté budget, les prix se situent entre 250 000 et 400 000 euros. Autre atout non négligeable : les primo accédants trouvent sans peine des logements à 150 000 euros acte en main.

La douceur angevine au fil des quartiers

Relié à la capitale en une heure et demie grâce au TGV (contre trois heures par autoroute), les quartiers proche du centre-ville ne connaissent pas de baisse de prix. Au contraire, les maisons de ville de Mirabeau – idéales pour une famille de quatre – se vendent en un temps record.

A dix/quinze minutes à pied de la gare, le centre-ville reste attractif. Outre l’université catholique de l’ouest, commerces, parcs et rues piétonnes pavées attirent toujours propriétaires et locataires. La douceur angevine n’a jamais aussi bien porté son nom que de l’autre côté de la Loire, dans la Doutre. Les maisons en colombages restent cependant difficiles à vendre du fait de leur petite taille.

En descendant le Maine, la rénovation des quartiers Saint-Serge/Saint-Michel a attiré les primo accédants en quête d’un appartement neuf répondant aux normes HQE.

Plus au nord, les bonnes affaires ont déjà été réalisées début 2000, avant l’arrivée du tram. Grand-Pigeon, Monplaisir, Les Hauts de Saint-Aubin/Verneau demeurent cependant abordables et agréables à vivre.

Les opérations rentables se feront aux abords de la seconde ligne de tram, en cours d’approbation. A l’Est (Justices-Madeleine-Saint-Léonard), les rénovations de voierie sont en train de casser « l’isolement » ressenti par ces quartiers.  A l’Ouest,  notamment à Belle Beille où se situe le campus étudiant (universités publiques), les investisseurs en quête d’une maison avec garage et jardin trouveront leur bonheur. Plus vert, Lac de Maine ravira les familles.

Pour vivre le long de la Loire avec un climat doux à longueur d’année, ou afin d’investir en vue d’une location étudiante, Angers ne manque pas d’opportunités immobilières abordables (1900 €/m2 en moyenne).

Les points clés à retenir

  • Marché porteur pour les primo accédants.
  • Fort renouvellement urbain en cours, donc présence de quartiers porteurs.
  • Ville étudiante, donc possibilité locative permanente.