Antibes : le renouveau urbain va doper le marché immobilier

Antibes : le renouveau urbain va doper le marché immobilier
partage(s)

Il semble loin le temps (en 2011) où l’immobilier local connaissait une baisse oscillant entre 10 et 15 %. Avec un bus-tram et de futurs logements à terme, l’offre antiboise a de l’avenir.

Des déplacements facilités en 2017 avec le bus-tram

Les travaux du bus-tram ont débuté au printemps. Fini les difficultés de stationnement, le tracé de 9,5 km reliera la gare d’Antibes aux Trois Moulins. S’ensuivra alors deux branches jusqu’à Sophia-Antipolis : l’une allant au nord, de Saint-Philippe à Biot via le campus SophiTech ; l’autre vers l’ouest desservira la zone d’activités des Clausonnes qui va sortir de terre à Valbonne.

Du côté des voitures, rouler en direction de l’échangeur autoroutier aux heures de pointe est mission impossible. La concentration de population avec un unique échangeur n'aide pas. Les itinérants préfèrent donc vivre à Antibes Activités. Mêlant logements et entreprises, le quartier assure la connexion avec la technopôle Sophia Antipolis, et surtout l’accès direct à l'autoroute met l’aéroport international niçois à trente minutes.

L'immobilier à Antibes

  • 63,8 % des Antibois sont propriétaires de leur résidence principale.
  • 30,8 % des logements sont destinés à la villégiature.
  • Plus d’un tiers (35,4 %) des appartements comprennent trois pièces.

Achats et locations : pas de mauvaise surprise  

Hugues Gadrey, de l’agence Orpi-Portier, note une évolution de la demande : « Aujourd’hui, ce sont surtout les acquéreurs de résidence principale qui sont actifs. Le marché des résidences secondaires s’est effondré avec une quasi disparition des acheteurs étrangers, italiens en tête. »

Le  marché locatif se porte bien. Un vivier de 5 500 étudiants aide les agences immobilières. Cette demande relativement soutenue s'explique également par une population solvable. Maints ingénieurs de Sophia Antipolis (1 400 entreprises dont 4 000 chercheurs) optent pour une location avant d'oser prendre un crédit. 

Si pour l’instant aucun secteur, avec une importante concentration de constructions, n’explose, il est acté que les quartiers nord (Sophia Antipolis et la future ligne de bus-tram) vont connaître une mue d’ici dix ans. Les terres agricoles proches des zones commerciales devraient devenir des logements une fois la conjoncture repartie.

Des quartiers attractifs

Le Cap avec sa vue sur la baie des Anges et sur la baie de Golfe Juan  se paie. Le Cœur de ville, de par sa centralité, a toujours le vent en poupe. Ce quartier historique dispose d’une ouverture sur la Méditerranée et se trouve à proximité de la gare. La mairie réhabilite en masse dans ce secteur afin d’asseoir sa vocation patrimoniale et touristique.

Antibes Ouest Résidentiel porte très bien son nom. La plupart des constructions ont moins de dix ans. Un atout puisque en plus des logements neufs, la zone a été pourvue de magasins, d’écoles et d’équipements publics. Pas étonnant que les familles adoptent ce quartier.

Moins calme avec la présence du parc Marineland (plus d’un million de visiteurs par an), Antibes Grand Est regorge de campeurs l’été. Il n’est pour autant pas désagréable le reste de l’année.

Les Points à retenir :

  • Touristique et avec un entreprenariat fort, le marché locatif se porte bien.
  • Avec un quart d’habitants âgés de moins de 25 ans, les futurs acheteurs ne manquent pas.
  • Le bus-tram va simplifier les problèmes de stationnement.