Chambéry : des opportunités à saisir à la vente comme à la location

Chambéry : des opportunités à saisir à la vente comme à la location

A Chambéry, l’ancienne capitale des ducs de Savoie et l’actuelle préfecture de la Savoie, les bonnes affaires immobilières sont encore possibles au sein d’une région au foncier élevé. Les appartements trouvent vite preneurs, à la vente ou à la location.

Des atouts pour « rivaliser » face à Annecy

Arrivant à peine à 57 500 habitants intra-muros, Chambéry doit beaucoup au milieu universitaire. 3 800 scientifiques sont basés à 12 km au nord de Chambéry. Quant au campus de Jacob-Bellecombette localisé à 1,5 km au sud, il  accueille plus de 4 800 étudiants.  « La localité reste très prisée des investisseurs. Ils plébiscitent particulièrement les petites surfaces » explique la responsable de l’agence Laforêt.

Ville moyenne, Chambéry n’en est pas moins cosmopolite. Maints résidents étrangers, notamment italiens, lui confèrent un dépaysement bienvenu. Les traboules du centre-ville, en plus de son dynamisme, ne manquent pas de studios au charme pittoresque. Le stationnement reste cependant un problème récurrent.

Quelques chiffres sur Chambéry

  • 39,1 % des ménages sont propriétaires de leur résidence principale.
  • Chambéry comprend 83,43 % d'appartements.
  • Les appartements comptent en moyenne 3,08 pièces.

Un nouveau projet d’autopartage/train

Grâce à un partenariat SNCF-Région, un dispositif complémentaire d'autopartage vient de voir le jour en septembre. « TER Voiture Libre-Service » va être expérimenté une année. L’usager du réseau TER louera une voiture à la sortie de la gare de Chambéry pour rallier son point d'arrivée. Idéal pour les urbains, mais aussi pour les citadins domiciliés loin du train et/ou travaillant en horaires décalés. Le véhicule doit être ramené au même endroit et la facture réglée chaque mois, selon la durée et le kilométrage. De quoi agrandir la zone de recherche des « pendulaires » en quête d’achat immobilier.

Des quartiers proches de la nature 

Ecoles et commerces, le tout dans un havre de verdure à quelques centaines de mètres du centre ville, font du Biollay une zone en vue. Comme partout à Chambéry, les immeubles sont rois dans ce quartier qui a fêté ses 61 ans. Il était temps de rénover jeux, éclairage urbain et zone piétonne. Les berges de l'Hyères et des équipements publics finissent de convaincre les classes populaires et moyennes, d’autant plus qu’en 2009 y ont été construits 200 logements.

Au nord-ouest, on oublierait que Bissy était une commune à part entière jusqu’en 1961. Malgré son rattachement à Chambéry, les collines de Challot et de Chamoux allient l’urbanisme à la nature. Les commerces et la kyrielle d’infrastructures scolaires et sportives représentent des atouts.

Au sud-est, concentrant un cinquième de la population, le Laurier séduit par son activité culturelle. Scène nationale et imposante médiathèque côtoient des appartements des Trente Glorieuses et de nouvelles constructions.

La campagne à la ville pourrait être le surnom du Vieux. A 5 minutes du centre, les maisons du quartier huppé se vendent sans négocier. A ne pas confondre avec Les Hauts (ZUP) qui effraie les acheteurs potentiels.

Si les maisons se font rares, les appartements chambériens se louent aisément. Dans une ville universitaire où les propriétaires n’habitent pas toujours leur bien, les opportunités perdurent. Surtout que le prix au m2 a diminué de -2,1 % par apport à 2013.

Les Points à retenir :

  • Plus de 11 000 universitaires étudient dans la métropole. Une mine pour la vacance locative.
  • Annecy devenant inaccessible foncièrement parlant, nombreux sont les acheteurs se repliant à Chambéry.
  • Derrière son image industrielle, la ville reste globalement verte et respirable.