Colombes est une ville idéale pour investir dans l'immobilier locatif

Colombes est une ville idéale pour investir dans l'immobilier locatif

La ville de Colombes, dans les Hauts-de-Seine, attire de plus en plus d'investisseurs grâce à un marché immobilier très riche, comme nous l’explique Maxime Durand, responsable du cabinet R. Durand.

SeLoger. Comment s’est déroulé ce premier semestre 2015 en termes de transactions à Colombes ?

Maxime Durand. Les années 2013-2014 ont été très perturbées, en tout cas sur le marché local. Malgré des taux d’intérêt historiquement bas, le nombre de transactions a considérablement baissé. Il faut dire qu’énormément d’agences ont ouvert leurs portes, et certaines personnes ont encore beaucoup d’a priori sur notre métier, ce qui a perturbé d’autant plus le marché immobilier colombien. Nous avons effectué des transactions, bien-sûr, mais bien moins que d’habitude.

En revanche depuis le 1er janvier 2015, nous notons un retour exceptionnel. On ressent une vraie dynamique et nous rentrons beaucoup de produits très variés allant du studio au pavillon et les taux sont toujours aussi bas. Pour nous, 2015 est une année fabuleuse et nous la pensons bien meilleure que les autres années. Je dois aussi souligner que les investisseurs intéressés par le locatif sont au rendez-vous et tendent même à augmenter sur Colombes.

2015 est une année fabuleuse pour l'immobilier à Colombes. Elle sera bien meilleure que les autres années ».

Maxime Durand, agent immobilier à Colombes.

Quel est le profil des investisseurs Colombiens et pourquoi se tournent-ils vers cette ville ?

M.D. Tout d’abord, nous avons connu un légère baisse des prix, mais uniquement des prix négociés, et non pas des prix affichés. De plus, les taux d’intérêt sont toujours aussi bas et nous disposons d’un portefeuille de gestion conséquent, c’est en partie ce qui entretient cette dynamique. Mais Colombes est limitrophe de villes auparavant bien plus cotées telles que Bécon et Courbevoie, et les investisseurs recherchent, à présent, Colombes car lorsqu’ils achètent à 6 000 €/m² à Bécon, ils ne bénéficient d’aucune rentabilité locative. Tandis que ceux qui achètent à 4 500 €/m² à Colombes parviennent à obtenir un pourcentage de rentabilité beaucoup plus attractif. Comme le prix de l’immobilier à Colombes ne cesse d’évoluer dans le bon sens depuis maintenant plusieurs années, les investisseurs pensent à juste titre que c’est le bon moment pour se lancer.

Ce qui nous impressionne, c’est que nous avons une clientèle plutôt jeune, nous voyons arriver de plus en plus d’investisseurs qui ont entre 25 et 35 ans et qui investissent déjà pour bénéficier de revenus locatifs. Il n’est d’ailleurs pas rare que ces personnes aient déjà 3 ou 4 produits en location, et qui ont fait le pari de prendre un crédit à long terme, sur 20 ans. De cette façon, les loyers remboursent les échéances de crédit, ce qui leur permet de lancer un nouvel investissement quasiment tous les 2 ans, et dans 20 ans ils seront propriétaires de tous leurs biens.

Parallèlement, de plus en plus de personnes achètent leur résidence principale sur Colombes car les prix sont beaucoup plus attractifs que dans les villes alentours. Vous pouvez facilement acheter un 4 pièces à Colombes pour le prix d’un 2 pièces sur Courbevoie, La Garenne ou Bois-Colombes.

En achetant un bien pour 4 500 €/m² à Colombes plutôt que 6 000 €/m² dans les communes voisines, les investisseurs bénéficient d’une rentabilité bien plus attractive ».

De plus en plus d'acheteurs ont entre 25 et 35 ans.

D’après vous, l’immobilier neuf parvient-il à s’imposer à Colombes ?

M.D. Enormément ! A Colombes nous connaissons une véritable révolution du neuf. Il faut savoir que jusqu’à présent, la commune n’avait jamais été « exploitée », parce que tout le monde avait trop d’aprioris. Colombes a longtemps été une ville stigmatisée, victime des regards méfiants. A présent, c’est une ville de plus en plus recherchée, et nous voyons énormément de programmes neufs démarrer. Il faut dire que dans les communes alentours, on ne trouve plus aucun terrain, car ils ont tous été achetés il y a déjà plusieurs années. A Colombes, on trouve encore beaucoup de terrains. Pour moi, Colombes est une mine d’or pour l’immobilier neuf, et je pense que dans quelques années, on sera surpris du nombre de constructions qui ont été érigées.

Est-il possible de réaliser de bonnes affaires à Colombes ?

M.D. Encore une fois, c’est une ville qui est géographiquement très proche de villes très cotées comme Courbevoie ou La Garenne, mais les prix sont plus attractifs. La ville est en train de se transformer car le regard que les gens portent sur cette ville est en train de changer, et la mairie contribue de plus en plus à opérer ce changement. Comme ce processus est en route, on trouve encore des pépites qui n’ont encore jamais été exploitées. Nous rentrons énormément de maisons, j’ai par exemple récemment estimé une maison qui avait 1 100 m² de parcelle, et nous comptons beaucoup d’autres pépites de ce genre.

Colombes est une mine d’or pour l’immobilier, on trouve encore des parcelles de plus de 1 000 m², et ces pépites ont une valeur inestimable ».

Cette commune est la plus grande cité pavillonnaire de la petite couronne parisienne.

Comment décririez-vous les différents quartiers colombiens ?

M.D. Tout d’abord, il y a de grandes disparités et on trouve à la fois de très bons quartiers et des quartiers bien moins attrayants qui regroupent essentiellement la plupart des logements sociaux. Ceci dit, ces quartiers délaissés sont en train de se transformer et devraient nous étonner aussi d’ici quelque temps. Sur le boulevard de la Mission Marchand, par exemple, il doit y avoir environ 50 immeubles neufs en construction. L’ancien quartier sera donc progressivement démoli pour laisser place à des espaces bien plus attrayants.

A côté de ces quartiers-là, vous avez les quartiers pavillonnaires qui sont les plus prisés de Colombes. Parmi eux, on peut citer le quartier de la Petite Garenne, les Vallées et Léon Bourgeois et Hoche, qui sont véritablement les quartiers de prédilection que tous les acheteurs ont à la bouche. Ces quartiers très calmes abritent de très belles maisons, et comme les maisons représentent le plus gros du marché immobilier colombien, nous vendons énormément de biens dans ces quartiers. Globalement, Colombes est une ville à surveiller du coin de l’œil, car elle ne cesse d’évoluer.

Merci à Maxime Durand, responsable de l’agence immobilière R. Durand de Colombes.