Comment se constituer, pour la retraite, des revenus immobiliers avec une SCPI ?

Comment se constituer, pour la retraite, des revenus immobiliers avec une SCPI ?

Investir dans une Société Civile de Placement Immobilier (SCPI) est un bon moyen de se constituer des revenus complémentaires pour assurer sa retraite. 

Quels revenus à la fin de votre activité professionnelle ?

Voilà une question à se poser lorsqu’on devient quadragénaire, voire avant. Le premier réflexe d’investisseur, excellent au demeurant, consiste à acheter sa résidence principale. Certes, on économise les loyers, mais on vit à l’intérieur de son capital. Pour s’assurer des revenus supplémentaires, outre les placements financiers, reste la solution de l’achat locatif, mais on doit faire face :

  • Aux contraintes de gestion.
  • Aux risques d’impayés.
  • Aux frais inattendus, notamment les travaux.

Investir dans une SCPI pour se constituer un patrimoine immobilier

L’achat locatif est un investissement pertinent lorsqu’on  a du temps à y consacrer, mais il reste possible d’investir dans la pierre avec moins de contraintes en faisant appel à une Société Civile de Placement Immobilier. La SCPI investit et gère des actifs immobiliers variés (habitations, commerces, hôtels, écoles, crèches, bureaux…) à hauteur des fonds collectés par les épargnants. Ce patrimoine constitué parfois de plusieurs centaines de biens génère des loyers redistribués aux investisseurs sous forme de dividendes. Et ce n’est pas le seul avantage...

  • Mutualisation des risques

En diversifiant ses achats immobiliers (sectoriellement et géographiquement), la SCPI assure de ne pas confronter ses épargnants à des problèmes d’impayés.

  • Pas de gestion

Hormis la souscription, vous n’avez rien à faire. Pas de notaire, de suivi de locataire... Vous investissez dans la pierre sans même y penser.

  • Rémunération de l’épargne

Les SCPI dites de rendement (d’autres privilégient la défiscalisation) valorisent le patrimoine et atteignent une rémunération de près de 5 % (chiffres 2015).

Bon à savoir

D’après le baromètre annuel de l’épargne immobilière réalisé par Opinionway - Perial AM, seulement 3 % des Français détiennent des parts de sociétés civiles de placement immobilier (SCPI).

L’assurance vie, un bon moyen pour s'assurer des revenus complémentaires

Il existe plusieurs méthodes pour investir dans une SCPI. Par exemple, recourir à un prêt en partie amorti par les loyers, mais ça implique un effort financier conséquent pour le contractant. Si l’on reste sur l’idée d’une retraite par capitalisation, le plus simple est de se tourner vers l'assurance vie, et ce, pour trois raisons :

  1. Une fiscalité plus avantageuse que lorsque vous achetez des parts en direct auprès de la SCPI.
  2. L’assuré percevra à sa retraite jusqu’à 4600 € d’intérêts annuels (9200 € pour un couple) exonérés de toute forme d’imposition. Soit 380 € (ou 760 €) qui tombent chaque mois sur votre compte courant sans même entamer le capital accumulé sur votre assurance vie.
  3. Liquidité accrue puisque l’assuré peut immédiatement revendre ses parts, ce qui n’est pas le cas d’achat de parts en direct. 

Évidemment, cette solution n’est pas sans défaut. Elle induit des frais, certes négociables, sur les versements du contrat, mais aussi des frais annuels de gestion d’assurance vie. De plus, les dividendes sont en général moins élevés que lors d’une souscription en direct auprès d’une SCPI.

Bon à savoir

L'assurance vie est l’un des produits au rendement/risque le plus séduisant du marché, et une excellente façon d’investir dans la pierre.