Immobilier : comment bien investir à l’étranger ?

Immobilier : comment bien investir à l’étranger ?

Vous souhaitez investir dans bien immobilier dans un pays étranger ? Un tel investissement peut s’avérer très intéressant, à condition que vous preniez en compte les règles administratives, juridiques, fiscales et successorales.

Pour investir à l'étranger, rendez-vous sur place pour connaître les lieux

Si vous souhaitez investir dans un pays étranger, il serait bon, idéalement, que vous commenciez par vous rendre sur place. En effet, les règles juridiques varient d’un pays à l’autre, même au sein de l’Union européenne : il convient donc d’être prudent lorsque l’on souhaite acheter un bien en dehors des frontières. Le meilleur moyen de se rendre compte des spécificités locales est donc de vous rendre dans le pays de votre choix afin de discuter avec des professionnels de l’immobilier pour visiter vous-même quelques biens et mesurer la demande locative.

Renseignez-vous sur les règles qui s’appliquent dans le pays de votre choix

Il y a à peu près autant de règles juridiques et administratives différentes que de pays, ce qui implique une parfaite connaissance du domaine. Ainsi, acheter un logement dans un pays de l’Union Européenne implique des règles différentes comparé à l'achat dans un pays maghrébin, sur le continent américain ou encore en Asie. Prenez donc connaissance de la réglementation qui encadre la propriété et la location du pays que vous choisirez, essayez de savoir si vous devez signer devant un officier d’Etat comme le notaire en France, car certains pays en sont dépourvus. Idéalement, pensez aussi à ouvrir un compte bancaire dans le pays dans lequel vous achetez, en particulier s’il est en dehors de la zone euro.

Conseil SeLoger'

Renseignez-vous également sur les droits relatifs à la succession, car en dehors de l’Union européenne et en l’absence de testament, le droit qui s’applique est généralement celui du pays dans lequel vous avez investi, ce qui peut compliquer la tâche de vos héritiers.

Penchez-vous sur la fiscalité du marché immobilier

Pensez également à prendre connaissance des règles fiscales qui s’appliquent, notamment en ce qui concerne les revenus que vous allez tirer de votre future location, mais également sur la fiscalité qui s’applique sur la plus-value en cas de revente du bien. En effet, certains pays ont signé une convention fiscale avec la France, ce qui implique que vos revenus fonciers sont imposés dans le pays dans lequel vous avez investi. En revanche, sachez que même si vous n’êtes pas taxé en France au titre des revenus fonciers, ces derniers seront quand-même pris en compte pour le calcul du taux effectif de l’impôt sur le revenu, ce qui signifie que vos revenus fonciers viendront augmenter vos revenus globaux et cela aura une incidence sur votre tranche d’imposition.

Faites le choix d'un bon interlocuteur sur place

Lorsque l’on investit à l’étranger, les règles peuvent être tellement différentes de celles que nous connaissons en France qu’il est important de bien s’entourer, et de trouver un interlocuteur résidant sur place et qui maîtrise la gestion immobilière. Ainsi, sachez par exemple que certains pays comme les pays anglo-saxons, sont dépourvus d’officiers d’Etat tels que le notaire pour vous aider à organiser cet investissement. Renseignez-vous donc bien pour trouver le bon spécialiste en gestion immobilière et en patrimoine, d’abord en France, puis dans le pays dans lequel vous investissez : vous bénéficierez des conseils et de l’appui d’un interlocuteur fiable.

Bon à savoir

En 2017, vous pouvez vous tourner volontiers vers l’Espagne, les Etats-Unis, le Maroc, le Portugal ou encore la Croatie pour la réalisation de votre investissement immobilier.