Investissement locatif : acheter un parking ou un logement ?

Investissement locatif : acheter un parking ou un logement ?

Faut-il acheter un parking en vue d'un investissement locatif ou est-il plus judicieux d'investir dans un logement pour le louer ? Notre rédaction vous dit tout.

Le coût d’acquisition d’un parking est moins élevé

L’acquisition d’un parking représente un effort financier moindre que pour un logement. Bien sûr, le prix dépend de la localisation :

  • entre 25 000 et 60 000 € à Paris, dans les quartiers les plus recherchés,
  • en Île-de-France, le prix d’achat s’élève à 15 000 € en moyenne,
  • en province, comptez entre 6 000 et 25 000 €.

Concernant la rentabilité de l'opération, là encore, le lieu joue un rôle important : à Paris, les loyers mensuels issus de la location d’un parking varient entre 100 et 200 € tandis qu’en province, selon la ville et le quartier, ils sont compris entre 50 et 100 €.

Bon à savoir

Le rendement de la location d’un parking oscille entre 6 et 9 %, tandis qu’il s’élève entre 3 et 4 % pour la location d’un logement.

Le choix de l’emplacement est plus restreint pour un parking

En effet, on trouve des locataires dans toutes les villes, voire dans certains villages, tandis que les parkings ne sont recherchés que là où les places se font rares. Ainsi, les grande villes, de préférence en leur centre, sont à privilégier puisque c’est là que se trouve le potentiel. Et pour bien choisir l’emplacement d’une place de parking, mieux vaut être attentif à des paramètres comme la hauteur sous plafond, les ascenseurs ou la proximité des issues. Enfin, sachez que les garages fermés restent plus prisés que les places ouvertes.

Les frais de notaire sont moins élevés pour un logement

Alors qu'ils s’élèvent à environ 20 % du prix du parking, les frais de notaire ne sont que de 7 à 8 % pour les logements anciens, et descendent même à 2 à 3 % du prix du bien dans le neuf ! Cela s’explique par le fait que les émoluments des notaires sont proportionnellement plus importants pour les transactions qui concernent des sommes moins élevées. Ainsi, si vous achetez un parking qui coûte 9 000 €, vous paierez près de 2 000 € de frais de notaire !

Bon à savoir

Louer un parking est plus facile qu'un logement car cela nécessite peu d’entretien, les loyers ne sont pas plafonnés, le préavis n’excède pas 1 mois, les charges sont faibles et les risques de dégradation sont presque nuls.

La fiscalité liée à la location d’un parking est différente d'une habitation

Un parking est soumis à la taxe d’habitation dans la mesure où il constitue la dépendance d’un logement. Si, par contre, il n'est pas situé à la même adresse et qu'il se trouve à plus d’un kilomètre de l’habitation, le parking n'est pas imposable. Le régime d’imposition est déterminé ainsi :

  • si le parking ne s’accompagne d’aucun service ou d’aucune autre prestation que le seul gardiennage, ils sont imposables dans la catégorie des revenus fonciers.
  • si vos revenus fonciers sont inférieurs à 15 000 € par an, vous avez le choix d’opter pour le régime d’imposition simplifié également appelé régime du micro-foncier.
  • si vos revenus fonciers sont supérieurs à 15 000 € par an, vous êtes dans l’obligation d’opter pour le régime réel d’imposition.

Les points clés à retenir

En comparaison avec l'achat d'un logement, l’investissement dans un parking implique des frais de notaire plus élevés, un coût d’acquisition moindre et un meilleur rendement.

La rédaction vous conseille :