Investissement locatif : Faut-il mieux opter pour une location saisonnière ou à l’année ?

Investissement locatif : Faut-il mieux opter pour une location saisonnière ou à l’année ?

Vous souhaitez vous tourner vers l’investissement locatif, mais vous ne savez pas s'il est préférable de choisir la location saisonnière ou la location à l’année ? SeLoger vous donne plus d'informations sur leurs contraintes et leurs avantages.

Privilégiez la location saisonnière uniquement dans les secteurs touristiques

En matière d'investissement locatif, la location saisonnière peut s’avérer plus avantageuse que la location à l’année si vous ne voulez pas avoir affaire au même locataire. Le risque d’impayé durant les périodes de location est faible, car les touristes budgétisent le coût du logement durant leurs vacances. En revanche, le risque de vacances locatives est plus élevé, car en basse saison, les touristes se font plus rares. Vous devrez donc probablement baisser le montant du loyer, à moins que votre logement ne se situe dans une zone particulièrement privilégiée. Il s’agit donc de peser le pour et le contre, et de ne se lancer dans la location saisonnière que si le secteur s’y prête. Il peut s’agir d’une grande ville touristique telle que Paris, d’une commune située en bord de mer, de préférence sur le golfe de Gascogne ou la Méditerranée, d’une commune située en haute montagne avec de préférence un accès aux pistes de ski, mais également de certaines zones de campagne prisées.

Bon à savoir

Pour une location saisonnière, vous devez équiper et meubler le logement comme il se doit, et idéalement anticiper les besoins des locataires.

Tournez-vous vers la location à l’année dans les villes étudiantes

Certaines villes universitaires ou qui sont de véritables bassins d’emploi, telles que Paris, Nantes, Bordeaux, Toulouse ou Lille, font également l’objet d’une forte demande locative. Emplois, universités et grandes écoles les placent dans le rang des villes dans lesquelles la location à l’année est la meilleure option. En effet, vous pourrez aussi bien investir dans un studio qui accueillera des étudiants, dans un F2 qui accueillera des jeunes actifs ou dans un logement de plus grande surface qui pourra accueillir des colocataires ou des familles. Vous pouvez être certain que la demande sera au rendez-vous pour tous ces cas de figure et que vous réduirez au maximum le risque de vacances locatives si le loyer que vous fixez correspond au marché. Selon le type de logement que vous allez mettre en location, pensez à la possibilité de le louer vide ou meublé, étudiez les deux options et fixez le loyer en conséquence.

Location saisonnière
La location saisonnière implique un turn-over important : pensez à déléguer la gestion locative à une agence immobilière pour plus de tranquillité. © Patryssia

Plates-formes de location de meublés de tourisme : gare aux nouvelles mesures !

La location via les plates-formes de meublés de tourisme telles que Airbnb se démocratise, et pour cause, la visibilité des annonces est optimale et la demande est forte. Soyez quand-même prudent car vous n’échapperez pas à certaines contraintes et démarches :

  • Vous devrez envoyer un formulaire à la mairie pour déclarer votre activité.
  • Si le logement se situe dans une zone tendue, dans une commune de plus de 200 000 habitants ou dans la petite couronne parisienne, vous devrez déposer une demande d’autorisation préalable.
  • Si vous déléguez la gestion locative de votre logement à une agence immobilière, vous devrez présenter une attestation sur l’honneur prouvant que toutes les obligations ont été remplies.

Enfin, sachez que la location via les plates-formes de location de meublés de tourisme ne vous exonère pas d’impôt. Vous devrez donc déclarer vos loyers qui seront soumis à l’impôt sur le revenu.

Bon à savoir

  • La rentabilité locative nette varie généralement entre 2 % et 7 %. Notez que les petites surfaces rapportent davantage que les grandes, mais que le turn-over est également plus important.