Marseille XVIe : des prix raisonnables pour un cadre de vie d'exception

Marseille XVIe : des prix raisonnables pour un cadre de vie d'exception
partage(s)

A la recherche de calme, tout en restant dans une grande ville ? Vous pouvez vous tourner vers le XVIe arrondissement de Marseille pour acheter votre logement. Le charme de L'Estaque risque fort d'opérer.

La ville à la campagne

Le XVIe arrondissement est un vaste territoire d'une superficie d'environ 16 kilomètres carrés, qui se distingue à plusieurs titres des autres quartiers nord de Marseille. Particulièrement excentré, il marque la limite entre le nord-ouest de l'agglomération et les deux communes limitrophes de Le Rove et Les-Pennes-Mirabeau. Par ailleurs, et avec un peu plus de 17 000 habitants recensés, il compte parmi les secteurs de Marseille les moins peuplés et les moins densément urbanisés. Les tours et barres d'immeubles se font un peu plus rares, au profit d'une plus grande place laissée à la nature. Le XVIe profite d'ailleurs d'une situation au bord du littoral, à l'inverse des XIVe et XVe.

Des « villages-quartiers » populaires

L'arrondissement est dominé par la figure de L'Estaque. Cet ancien hameau de pêcheurs, qui connaît ensuite un destin de zone résidentielle ouvrière et de station balnéaire, n'a jamais perdu son ambiance si spécifique de village méridional, et continue à attirer de nombreux acquéreurs à la recherche d'un bel appartement avec vue sur la mer. Trois autres quartiers entourent L'Estaque et forment le reste de l'arrondissement : Les Riaux, où les logements sont rares (700 habitants à peine !) et, en direction du centre-ville, Saint-André et Saint-Henri, tous deux assez populaires également.
 

Chiffres clés

  • Le XVIe est le secteur rêvé pour une habitation individuelle : seuls 47,95 % des logements sont collectifs, contre 82,86 % pour la moyenne marseillaise.
  • Conséquence logique, les logements sont aussi un peu plus grands : 44,31 % ont quatre pièces ou davantage.
  • 52 % des habitants possèdent leur logement.

Transports : pas le point fort du XVIe 

Les lignes du métro marseillais ne s'aventurent pas jusque dans le XVIe arrondissement. Depuis Saint-André et Saint-Henri, il est possible de rallier le centre-ville (ou, à l'opposé, Le Rove et l'autoroute A55) en empruntant la RD 568, anciennement appelée « route du Littoral ». A noter aussi la présence d'une petite gare ferroviaire à Saint-Henri, sur la ligne entre Marseille Saint-Charles et Miramas, et une desserte par deux lignes de bus principales (36 et 95). Les habitants de L'Estaque, depuis peu, ont enfin à leur disposition une navette maritime qui peut les amener jusqu'au Vieux-Port, mais seulement pendant une partie de l'année.

Des prix dans la moyenne marseillaise

Plus recherché que les autres quartiers nord, le XVIe connaît aussi des tarifs plus importants à l'achat. Début 2015, il fallait débourser près de 2 700 € du mètre carré, ce qui correspond globalement aux prix moyens pratiqués à Marseille. L'Estaque est bien sûr le coin le plus cher et le plus prestigieux, avec des tarifs qui grimpent en moyenne à 2800/2900 € du mètre carré, malgré la crise.

L'éloignement du XVIe arrondissement constitue tout à la fois sa force et sa faiblesse. Un joli logement à L'Estaque a de quoi séduire, au prix toutefois d'un temps de transport prolongé.

Les points clés à retenir

  • Le XVIe arrondissement est situé au nord-ouest de Marseille.
  • De tradition populaire, ses villages tendent toutefois à attirer des résidents de plus en plus aisés.
  • Les prix pratiqués correspondent à la moyenne observée dans le centre-ville.