Rouen : une capitale régionale aux multiples opportunités immobilières

Rouen : une capitale régionale aux multiples opportunités immobilières
partage(s)

CHU, industries et secteurs tertiaires denses, universités, administrations... A l'image de sa diversité, Rouen dispose d'un large marché immobilier allant du studio neuf à la maison ancienne. A quelques rues de distance, ambiances et surfaces divergent.

Rouen : Valeurs sûres et en devenir

Au premier trimestre, le prix des appartements a subi une baisse intense (-8,6 % sur un an) mais la tendance se stabilise. Les immeubles à colombages de l’hypercentre restent toujours courus. Ils ne coûtent pas plus cher que vers la Préfecture, mais la déperdition énergétique de ces constructions ancestrales se facture.

 « Prospectez autour du CHU. A dix minutes du centre, les appartements avec parking se monnaient dans les copropriétés des années 1980 comme dans celles des années 1990 », conseille Bastien Briard, du cabinet Leroux. Légèrement excentrée, l'île Lacroix est agréable à vivre mais connaît peu d'aménagement urbain.

 Les rues piétonnes pittoresques, à proximité du Palais de Justice et de l’Hôtel de Ville, sont toujours recherchées. Bonnes familles et étudiants en quête d'animations s'y mêlent.
 

Quelques chiffres sur Rouen

  • 28,5 % des Rouennais sont propriétaires de leur résidence principale.
  • Avec environ 82 % d’appartements, dont une majorité de deux pièces (25,4 %) et trois pièces (24,6 %), les opportunités ne manquent pas.
  • Les maisons étant rares à Rouen, les prix restent assez élevés malgré le ralentissement du marché.

Des transports à tous les étages

A Rouen, on ne compte plus les Parisiens souhaitant se rapprocher de l’air marin (une heure en voiture) tout en ayant les avantages d’une métropole. Dépaysement partiel puisque deux lignes de métro desservent 31 stations. Un réseau principalement en extérieur, mais cinq arrêts souterrains rappellent la capitale.

Malheureusement, les automobilistes retrouveront une habitude parisienne : les bouchons pullulent aux heures de pointe. Les ponts créent des nœuds d’engorgement. C’est pourquoi les Rouennais cherchent prioritairement un appartement sur la rive où ils travaillent. Un argument moins vrai depuis 2012 car l'extension du métro dessert cinq communes sur les deux rives.

Point noir pour les pro-TGV, l'abandon du projet LGV Haute-Normandie l’été dernier. Aucune conséquence sur le foncier car le haut de gamme pour une maison se situent près de la Gare Saint-Gervais et à Jouvenet, suivi par le quartier de la Cathédrale pour les appartements. Si la liaison ferroviaire n’est pas à grande vitesse, le prix moindre et la durée moyenne reste correcte (1 h28). C’est grosso-modo le temps nécessaire pour relier la capitale via l’autoroute.

La rive gauche poursuit sa mue

Si la Seine démarque une certaine perception de la ville, Rive Gauche n’a rien d’effrayant. Au sein d’immeubles construits vers 1970, Saint-Sever affiche des prix jusqu’à 15 % inférieurs à Rive Droite.

Outre dénicher plus facilement un appartement avec garage, les stations de métro Balzac ou Voltaire représentent de réels atouts. Un peu plus loin, la note diminue encore (Saint-Clément). En haut de certaines tours, des vues panoramiques justifient le surnom de « ville aux cent clochers ».

Sur 90 hectares, l'écoquartier Flaubert fera oublier l'ancien site portuaire pour laisser place à un espace urbain et paysager. Commerces, résidences HQE et équipements sportifs et culturels se côtoieront. Un havre de verdure qui prévoit 10 000 habitants et travailleurs d'ici quelques années.

Entre un cœur de ville au patrimoine historique inestimable, des transports efficaces et une rénovation urbaine en cours, Rouen représente un marché immobilier porteur.

Points clés à retenir :

  • L'écoquartier va offrir des opportunités faibles en consommation énergétique.
  • Avec 40 000 étudiants, un propriétaire loue son bien sans crainte.
  • Pôle d’emploi de la région, moult CSP+ (potentiels propriétaires) se retrouvent à Rouen.