Logement étudiant : les alternatives à la résidence universitaire

Pas facile de payer un loyer lorsqu'on est étudiant. Heureusement des aides existent. © Ingo Bartussek
partage(s)

Les résidences universitaires gérées par les CROUS restent le mode d'hébergement préféré des étudiants mais les places sont rares. Alors découvrez toutes les solutions alternatives pour trouver la location idéale.

Les résidences universitaires privées : des cités U, mais privées

Certains groupes privés ont su tirer profit de la pénurie de logements dans les cités universitaires des CROUS en créant leurs propres résidences universitaires. On en compte une soixantaine à travers les grandes villes de France, et ces résidences offrent l’avantage d’être proches des lieux d’étude, d’être éligibles aux aides au logement de la CAF et surtout, ces studios ou 2 pièces confèrent à leurs résidents un confort non négligeable. Ces espaces ont été spécialement pensés et aménagés pour les étudiants, on y retrouve donc un aménagement optimisé, des pièces meublées, un accès à internet et des espaces communs telles que des cafétérias, buanderies, voire des salles de sport et piscines dans certaines.

En revanche, ces avantages ont un prix. Ces résidences privées affichent un loyer de 400 € à 700 € selon les villes, ainsi que des frais de dossier à l’entrée qui équivalent à un mois de loyer. Un confort qui se monnaye donc !

Chiffre clés

Les résidences universitaires gérées par les CROUS n’accueillent que 11 % des étudiants.

Les chambres et studios : pour ceux qui rêvent de liberté

Il existe une multitude de chambres et de studios dans la plupart des villes qui abritent des universités. Les étudiants apprécient généralement ce mode de logement qui leur procure un sentiment d'indépendance. Un espace totalement privatif à aménager selon leurs goûts et des locations qui leur permettent de bénéficier des aides au logement de la CAF. Certaines de ces locations sont meublées, ce qui évite de devoir investir dans des équipements coûteux.

Toutefois, le choix de ce mode de logement doit être anticipé, car les places sont chères dans les grandes villes et les propriétaires ou agences peuvent parfois se montrer exigeants : garanties, conditions de ressources passées au peigne fin, caution à remettre en début de location… Et les loyers restent élevés, comptez entre 300 € et 700 € selon les villes pour une surface de 9 à 10 m².

Bon à savoir

Les étudiants qui louent des chambres ou studios meublés dans le domaine privé peuvent bénéficier d’un délai de préavis réduit de 3 mois en règle générale. Ce délai peut passer à 1 mois pour les étudiants.

La colocation : la convivialité et les frais partagés

La colocation est un mode d’hébergement qui plaît à beaucoup d’étudiants car il s’agit d’un mode de vie convivial. Les étudiants vivent à 2, 3 et parfois plus dans un logement spacieux qui leur permet toutefois de disposer chacun d’une chambre privative. Le loyer est bien moins élevé qu’en louant un studio seul, et les charges courantes sont également réduites, car divisées en autant de colocataires présents dans le logement.

Cependant, comme pour la location d'un studio, les propriétaires et agences restent exigeants vis-à-vis des ressources et des garanties de leurs locataires. De plus, la vie en colocation nécessite d’établir des règles de vie propices à étudier : vivre avec une bande de copains requiert donc une certaine auto-discipline…

Conseil SeLoger

Pour vous loger à moindre frais et dans un cadre de vie agréable, pensez à la colocation intergénérationnelle. Ce mode de colocation qui se développe de plus en plus est basé sur l’entraide et la confiance. Une personne âgée et isolée vous accueille chez elle avec tout le confort que cela comporte (un logement aménagé, un accès à internet, une chambre privative) pour une somme modique voire nulle, en échange d'une présence et d'une aide dans les tâches du quotidien. Une belle expérience qui vaut le coup d'être vécue !

Les foyers de jeunes travailleurs : rares et abordables

Les foyers de jeunes travailleurs accueillent des étudiants, apprentis et jeunes salariés de 18 à 30 ans pour des loyers bien moins importants que pour un logement indépendant. Comptez environ 400 € pour une chambre à Paris. On les trouve plutôt dans les grandes villes et ils offrent des commodités intéressantes : une chambre meublée, des espaces communs conviviaux, un espace laverie, une cafétéria. Sachez néanmoins que les places sont peu nombreuses et sont attribuées prioritairement aux étudiants stagiaires, aux apprentis et aux jeunes salariés. De plus, s’agissant d’une vie en quasi collectivité, le règlement intérieur peut par exemple vous interdire de recevoir des personnes extérieures au foyer, ce qui peut constituer une contrainte.

Etre étudiant au pair : moins de frais mais moins d'indépendance

Etre jeune fille/homme au pair peut être une bonne solution pour des étudiants qui ne sont pas trop attachés à une indépendance absolue. Ce modèle est basé sur une aide réciproque. En tant qu’étudiant vous vivez au sein d’une famille dans un cadre de vie agréable, et cette famille se doit légalement de vous attribuer une chambre privative, de vous nourrir et de vous accorder de l’argent de poche en échange d’une aide aux tâches quotidiennes et surtout de baby-sitting.

Bien que la formule soit basée sur le donnant-donnant, vous vivez malgré tout dans une famille qui n'est pas la vôtre et, de fait, les règles de vie vous sont imposées. Il vous sera par exemple difficile d’introduire une personne extérieure à la famille dans laquelle vous vivez, ou de refuser un service que celle-ci vous demande. Pour ce mode d’hébergement, il faut impérativement s’entendre dès le début et définir les exigences de part et d’autre afin d’éviter les déconvenues.

Les points clés à retenir

  • Il existe plusieurs façons de se loger lorsque l’on est étudiant et qu’aucune chambre n’est disponible en cité universitaire.
  • Choisissez votre moyen d’hébergement selon votre mode de vie et votre budget. Etre jeune fille/homme au pair n’implique pas les mêmes rythmes ni les mêmes dépenses que de vivre dans son propre studio.