Ouvrir des chambres d’hôtes : faut-il passer du rêve à la réalité ?

Ouvrir des chambres d’hôtes : faut-il passer du rêve à la réalité ?
partage(s)

Vous souhaitez rentabiliser votre achat immobilier ou amorcer une reconversion professionnelle. Découvrez toutes les démarches à effectuer pour ouvrir des chambres d’hôtes dans votre résidence principale.

Qu’est-ce qu’une chambre d’hôtes ?

Une chambre d’hôtes répond à des critères définis par la loi. Pour être considérée comme une chambre d’hôtes, elle doit :

  • Etre meublée.
  • Etre aménagée dans la résidence de l’accueillant.
  • Donner accès à une salle d’eau et des WC mais il n’y a cependant aucune obligation pour que ces dernières soient privatives. Ces pièces peuvent être partagées entre les hôtes de plusieurs chambres.
  • Etre accompagnée du petit déjeuner.
  • Etre en conformité avec les réglementations en vigueur dans les domaines de l’hygiène, de la sécurité et de salubrité.
  • Etre nettoyée sans surcoût de la part de l’accueillant.

Sachez que cette activité ne permet pas à l'exploitant d’ouvrir plus de 5 chambres d’hôtes et d'héberger plus de 15 personnes à la fois. Au-delà de ce quota, on estime qu’il s’agit d’une activité d’hôtellerie qui est régie par des règles différentes.

Conseil SeLoger

Il est important que vous vous adressiez à votre compagnie d’assurance afin de l'informer de votre projet d’ouvrir des chambres d’hôtes dans votre résidence. Il vous sera peut-être conseillé de souscrire une garantie supplémentaire, mais vous serez ainsi mieux protégé dans le cadre de votre activité.

Les démarches administratives à effectuer pour débuter son activité

Si vous comptez faire de la location de chambres d’hôtes votre profession, vous devez vous inscrire au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS). Vous en êtes exempt si cette activité vient en complément d’une autre activité. Vous devez déposer une déclaration de location auprès de la mairie de votre lieu de résidence. Cette déclaration doit comporter les informations suivantes :

  • L’identité du déclarant
  • Le nombre de chambres louées
  • Le nombre de personnes qui peuvent être accueillies

La fiscalité qui s'applique à l'activité de chambres d'hôtes

L'activité de chambres d'hôtes relève du régime fiscal de la para-hôtellerie. Par conséquent, vous aurez le choix de déclarer vos revenus sous l'un des régimes suivants :

  • les bénéfices industriels et commerciaux (BIC). Il s'agit des bénéfices réalisés par les personnes physiques qui exercent une activité commerciale.
  • le régime des micro-entreprises. Il concerne les auto-entrepreneurs et n'est donc valable que pour les chiffres d'affaires inférieurs à 82 200 € hors taxes. Avec ce régime fiscal, le bénéfice est calculé après un abattement forfaitaire de 71 %, ce qui revient à dire que seuls 29 % de vos revenus sont imposables.
  • les bénéfices agricoles. Ce régime concerne les agriculteurs.

En revanche, si les revenus que vous retirez de votre activité sont inférieurs à 760 € par an, vous êtes totalement exonéré d'impôt et de prélèvements sociaux. Vous pouvez être redevable de la taxe de séjour si vos chambres d'hôtes sont situées dans une commune touristique où la taxe est instituée. C'est une délibération du conseil municipal qui en fixe les modalités et le tarif applicable doit être affiché dans chacune des chambres d'hôtes le cas échéant.

Chiffres Clés

  • La durée d’occupation moyenne des chambres d’hôtes est de 16 semaines par an.
  • Les séjours sont en moyenne de 3 jours.
  • Pour une maison d’hôtes qui compte 3 chambres et sur une base de 100 nuitées par chambre, on retire en moyenne un chiffre d’affaire de 15 000 €, auxquels il faut retirer les frais inhérents à l’activité (les charges fiscales, les petits déjeuners, l’entretien).

(Source : Etude du label Gîtes de France datant de 2010)

Se poser les bonnes questions avant de se lancer

Tout d’abord, n’envisagez d’ouvrir des chambres d’hôtes que si vous résidez dans une zone qui a un fort potentiel touristique, car dans le cas contraire, vous pourriez déchanter en ne recevant que peu de personnes. En général, les maisons d’hôtes nécessitent certains travaux afin de garantir aux hôtes le maximum de confort et de sécurité. Il s’agit bien souvent de prévoir des salles d’eau dans chaque chambre, d’équiper chacune d’entre elles en mobilier, de les décorer avec soin, de mettre le système électrique aux normes.

De plus, il vous faudra prévoir de renouveler vos propres équipements, tels que le lave-linge et le sèche-linge qui devront être adaptés aux quantités de linge à accueillir. On estime que chaque propriétaire débourse en moyenne 42 000 € pour la rénovation et l’équipement de sa maison d’hôtes.

Lorsque l’on décide d’ouvrir des chambres d’hôtes, l’investissement se mesure de différentes façons. Il est également personnel : n'oubliez pas que les hôtes se doivent d’être disponibles, attentionnés et conviviaux envers leurs invités. Si votre activité fonctionne, vous serez amené à vous lever tôt, à renoncer à vos propres vacances et à partager une partie de votre vie familiale avec des personnes que vous ne connaissiez pas jusqu'alors. Cela requiert un sens du contact et un dévouement à toute épreuve, tout au long de la durée du séjour des touristes.

Les points clés à retenir

  • Pour répondre à la définition de chambres d'hôtes, vos chambres doivent répondre à des critères spécifiques.
  • Avant d’ouvrir vos chambres d’hôtes, il vous faudra déposer une déclaration à la mairie et vous inscrire au Registre du commerce le cas échéant.
  • Vous relevez des mêmes règles fiscales que la para-hôtellerie, et vous serez soumis à un régime différent selon votre situation et le montant de vos recettes annuelles.
  • Il est probable que vous devrez prévoir des travaux dans votre résidence.
  • Il s'agit d'une activité qui requiert une grande détermination ainsi qu'un investissement personnel.