Vente en viager : un complément de revenu pour la retraite

Vente en viager : un complément de revenu pour la retraite

Bien qu’elles restent minoritaires, les ventes en viager ne cessent de progresser ces dernières années. Si la formule séduit de plus en plus, c'est sans doute car elle permet d'obtenir un complément de revenu non négligeable tout en restant dans son logement. Décryptage.

Les particularités de la vente en viager pour les deux parties

Aujourd'hui, la vente en viager représente moins d'1 % de l’ensemble des transactions dans l'ancien. Cependant, cette niche se développe et les ventes progressent chaque année. Dans le cadre d’une vente en viager, la propriété est transférée à un tiers qui, en compensation, s’engage à verser une rente au vendeur jusqu’à son décès. Pour le vendeur, le viager permet donc d’améliorer son niveau de vie grâce à un complément de revenu important. Pour l’acheteur, c’est un placement d’épargne et l’espoir d’une bonne affaire.

Bon à savoir

En plus d'assurer aux personnes âgées un complément de retraite à vie, le viager permet de liquider, simplement et en toute légalité, la succession en l’absence d’héritier direct.

Mieux vaut vendre en viager entre 75 et 85 ans

Concernant l'âge pour se lancer, la législation n'impose ni d'âge minimum ni de limite. Cependant, les spécialistes estiment que le meilleur moment pour une vente en viager se situe entre 75 et 85 ans. Avant 75 ans, la rente perçue est généralement trop faible alors qu'après 85 ans, il est parfois difficile de trouver un acquéreur, le bouquet et la rente étant proportionnellement plus chers. Il est donc capital de trouver le bon équilibre et de se lancer au moment opportun.

Quel prix pour la rente et le bouquet ?

Comme pour toute transaction immobilière, la fixation du prix est primordiale. Pour la rente et le bouquet, il faut évaluer la valeur du bien en prenant en compte un abattement d’occupation. Généralement, lorsque le vendeur n’a qu’un simple droit d’usage et d’habitation jusqu’à son décès, l’abattement d’occupation est proportionnel à son âge. Par exemple, lorsque le vendeur a 70 ans, l'abattement est de 50 % contre 30 % à 90 ans. Concernant la répartition entre le bouquet et la rente, il n’existe aucune règle juridique et la stratégie à adopter est définie par le vendeur lui-même.

Les garanties à exiger lors d'une vente en viager

Pour éviter les défauts de paiement, il est important de sélectionner un acheteur aux revenus confortables et dont la situation est stable. Sur le plan juridique, il existe également de solides garanties pour se prémunir des risques d'impayés :

  • Le privilège du vendeur : si la rente n’est pas versée, le vendeur peut faire saisir le bien afin qu’il soit vendu aux enchères à son profit.
  • La clause résolutoire : en cas d’impayé, la vente est automatiquement annulée après l'engagement d'une procédure auprès du tribunal d’instance.

Les points clés à retenir

Le viager est une solution idéale pour compléter ses revenus à l’heure de la retraite. Toutefois, le vendeur doit veiller à fixer le bon prix de la rente et du bouquet pour trouver un acquéreur aux garanties solides.

La rédaction vous conseille :